Mayotte : les destructions des habitations des migrants comoriens ont lieu la nuit

société
20160523 Case Mayotte
©Reunion1ere
Pour éviter les poursuites judiciaires, les actes contre les migrants ne se font plus de jour, mais la nuit à l’abri des regards.
Exemple à Kani-Kali dans le Sud de Mayotte : des habitants hostiles à l’afflux massif de migrants des îles voisines ont délogé et détruit le bidonville qui abritait une famille de Comoriens en situation irrégulière. Pour éviter d’être poursuivis, ils ont agi avant le lever du jour.
 
Les migrants sont désignés comme responsables de la montée de la délinquance dans l’île. Les personnes délogées n’ont pas d’autre choix que de trouver refuge dans les communes voisines. Quoi qu'il arrive, ils n'ont pas l'intention de retourner aux Comores.

Fatima Saindou, adjointe à la sécurité à la municipalité de Kani-Kali se dit dépassée. Elle estime que la reconduite à la frontière n’est pas efficace.
Que Mayotte semble submergée par les migrants.
 
En images avec Hakime Ali Saïd, Philippe Hoareau.
©reunion