Meurtre d’André Camalon à Sainte-Anne : le procès s’ouvre aux Assises

justice
La cour d'Assises, à Saint-Denis.
Les jurés ont suivi les réquisitions en condamnant Johan Maruejouls à 20 ans de prison, un verdict modéré qui convient aux deux partis. ©IMAZ PRESS
Un procès très attendu s’ouvre ce mercredi 22 septembre devant la Cour d’Assises. Trois hommes sont dans le box des accusés après un cambriolage mortel en 2017. La victime, André Camalon, était une figure bien connue à Sainte- Anne.
C’est un procès très attendu qui s’ouvre ce mercredi 22 septembre devant la Cour d’Assises. En mars dernier, ce procès avait déjà été renvoyé en raison de la grève des avocats. Ce mercredi, trois personnes seront dans le box des accusés. Les trois hommes seraient impliqués dans un cambriolage mortel qui a eu lieu en 2017, à Sainte-Anne. La victime, André Camalon, était une figure bien connue à Sainte- Anne pour ses pieds de letchis.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère :
©reunion
 

Un cambriolage mortel

Dans la nuit du 14 au 15 avril 2017, trois hommes cagoulés s’introduisent dans la maison des époux Camalon qui dorment à poings fermés chacun dans leur chambre. Georges Loto, Jean-René Moulouma et Sylvain Valentin vont alors ligoter l’agriculteur de 76 ans. Leur but : repérer au plus vite où est caché l'argent familial. Le cambriolage tourne mal.

Le septuagénaire va recevoir tellement de coups qu’il décèdera sur place.
 

La réclusion criminelle à perpétuité

Les trois individus se dirigent alors vers la chambre d’Yvette, l’épouse, qui n’a rien entendu de la scène. Brutalisée elle aussi, elle révèle le lieu de la cachette. Ils repartent avec un butin de 45 000 euros. Les gendarmes ne mettront pas longtemps pour interpeller les auteurs. Jean-René Moulouma, un ancien agent de gardiennage municipal, serait considéré comme le meneur de l’équipée sauvage.

Les trois hommes encourent la réclusion criminelle à perpétuité.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live