publicité

Mobilisation des Gilets Jaunes : les forces de l’ordre changent d’attitude

Hier, samedi 17 novembre, journée de mobilisation nationale, les Gilets Jaunes ont mené de nombreuses actions à travers l’île. Des actions tolérées hier, mais ce n’est en revanche plus le cas ce dimanche. Ordre a été donné aux forces de l'ordre de verbaliser.

© Céline Latchimy (Réunion la 1ère)
© Céline Latchimy (Réunion la 1ère)
  • Par Lise Hourdel
  • Publié le , mis à jour le
Changement d’attitude du côté des forces de l’ordre ce dimanche 18 novembre. Toute entrave à la circulation sera sanctionnée. La préfecture indique qu'il leur a désormais été demandé de verbaliser. C’est en tout cas ce que semblaient avoir indiqué, ce matin, la gendarmerie aux manifestants positionnés sur le rond-point de Gillot à Sainte-Marie.
 

Des barrages moins filtrant


Peu avant 10h, une vingtaine de gendarmes se sont rendus sur place pour prévenir les Gilets Jaunes que leur mobilisation n’entrait plus dans la cadre du mouvement du 17 novembre, d’un point de vue légal. Ils sont donc passibles de sanctions s’ils entravent la circulation.
 
© Céline Latchimy (Réunion la 1ère)
© Céline Latchimy (Réunion la 1ère)
Les forces de l’ordre ont demandé aux manifestants de laisser passer davantage de voitures afin de fluidifier la circulation. C'est désormais chose faite, deux barrages restent actifs mais ils laissent passer beaucoup plus de véhicules.
 
© Mélodie Nourry (Réunion la 1ère)
© Mélodie Nourry (Réunion la 1ère)
La préfecture rappelait, avant le début du mouvement du 17 novembre, que :
 

" Selon les dispositions du code de la route (articles L 412-1 et R 413-19), le fait d’entraver la circulation, d’empêcher la circulation des véhicules de secours ou de gêner la circulation des autres véhicules sont passibles d’une amende et d’une peine d’emprisonnement. En effet, ces comportements peuvent être à l’origine d’accidents de la circulation et engager la responsabilité des organisateurs des manifestations et des manifestants. "

 

Barrage mais pas blocage


A Saint-André, des manifestants ont envahi la 4 voies, au niveau du centre commercial de la Cocoteraie, vers 10h. Le blocage, dans les 2 sens, a occasionné d'importants embouteillages. Et si quelques voitures étaient tout de même autorisées à passer, certains automobilistes ont préféré remonter la route à contre-sens.  

Vers 12h30, la police est intervenue, demandant au manifestant de fluidifier la circulation, là aussi. Les forces de l'ordre ont rappelé les sanctions prévues par la loi en cas d'entrave à la circulation. Le barrage laisse désormais passer davantage de véhicules. 
 
© Willy Fontaine (Réunion la 1ère)
© Willy Fontaine (Réunion la 1ère)

A 13h30, le barrage de la 4 voies au niveau de la Cocoteraie a été levé. Les manifestants ont quitté les lieux mai certains ont tout de même laisser entendre qu'ils pourraient être de retour demain, lundi 19 novembre.
 
© Willy Fontaine (Réunion la 1ère)
© Willy Fontaine (Réunion la 1ère)

A Saint-Gilles-les-Bains, au rond-point de l'Ermitage, des manifestants ont bloqué la circulation. Suite à l'intervention des gendarmes, l'action a pris la forme d'un barrage filtrant. Les manifestants se sont ensuite concertés et ont décidé de lever le camp. En partant, certains disaient avoir pour projet de revenir le lendemain matin, lundi 19 novembre. 
 
© Céline Rolland (Réunion la 1ère)
© Céline Rolland (Réunion la 1ère)

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play