"Mon espace santé", le carnet de santé numérique déployé à compter du 30 mars à La Réunion

santé
Mon espace santé carnet de santé numérique
Mon espace santé permettra de stocker toutes les informations de santé utiles au suivi médical d'un patient (ordonnances, résultats d’analyse de biologie, comptes rendus médicaux, etc.) ©Alexandra Pech
A compter du mercredi 30 mars, les Réunionnais recevront un email ou un courrier les invitant à activer Mon espace santé, un nouveau service numérique ayant vocation à devenir le futur carnet de santé numérique, explique l'Assurance maladie.

Après avoir été testé l'année dernière dans trois départements de l'Hexagone, Mon Espace Santé - le nouvel outil informatique de l'Assurance Maladie - arrive à La Réunion.

A compter de ce mercredi 30 mars, les Réunionnais recevront un email ou un courrier les invitant à activer ce nouveau service numérique qui a pour vocation de devenir le futur carnet de santé numérique.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère :

Le carnet de santé devient numérique

Un carnet de santé 2.0

"C'est avant tout un carnet de santé individuel qui va permettre à chaque assuré de porter avec lui de manière numérique tous les éléments de son dossier médical, à la fois quand il aura un rendez-vous ou si jamais il est admis aux urgences l'hôpital", explique Benoit Sério, le directeur de la CGSS.

Il permettra donc aux Réunionnais de stocker toutes les informations de santé utiles à leur suivi médical telles que ses ordonnances, ses résultats d’analyse de biologie ou tout simplement ses comptes rendus médicaux.

CGSS Réunion Mon espace santé
Benoit Sério, le directeur de la CGSS Réunion, aux côtés des représentants d'usagers et de professionnels de santé ©DR

"Un dispositif sécurisé"

Le patient aura la possibilité de partager ces données avec les professionnels et les établissements de santé de son choix. Tout cela de façon sécurisé, assure Benoit Sério. Le secret médical sera ainsi préservé.

"C'est un dispositif qui est extrêmement sécurisé. Ces données seront stockées en France dans le respect de la réglementation européenne. Ce sera aux patients de décider quel professionnel est autorisé à consulter son carnet de santé individuel", poursuit le numéro un local de la Sécurité sociale.

Et contre la fracture numérique ?

Ce nouvel espace numérique proposera également un service de messagerie pour sécuriser les échanges avec les professionnels et établissements de santé qui les prennent en charge. "Il sera également enrichi d’un agenda médical et d’un catalogue d’applications et de services labellisés".

Véronique Minatchy, représentante d'usagers et présidente de Assos Santé La Réunion, explique que les Réunionnais les moins à l'aise avec la technologie seront accompagnés. Des ateliers pratiques vont être mis en place.

"La fracture numérique existe à la Réunion, rappelle-t-elle. Malheureusement nous n'avons pas tous accès un ordinateur ou à internet. Donc c'est tout ce travail-là qu'il va falloir faire à la fois avec les professionnels de santé et les associations pour que tout se mette en place et que les usagers, les patients adhèrent à ce nouveau carnet de santé numérique".

Un dispositif qu'il va falloir affiner

Pour les professionnels de santé, ce dispositif constitue bien sûr une avancée en la matière. "Il y aura un intérêt surtout pour le professionnel de santé qui ne connait pas le patient", confirme le docteur Christine Kowalczyk, la présidente de l’Union régionale des médecins libéraux de La Réunion.

Elle estime qu'un effort de synthèse et de clarté devra être fait pour que ce nouveau carnet de santé 2.0 soit réellement utile et pratique. "S'il y a dix comptes-rendus et que ce n'est pas structuré, le médecin aura du mal à tout regarder pour savoir où est le diagnostic ou l'information importante, explique-t-elle. C'est sur ce point qu'il faut que nous soyons accompagnés qu'on puisse faire une fiche de synthèse médicale où il y a les éléments clés indispensables et lisibles en 30 secondes".