réunion
info locale

Le Mont La Pérouse photographié par Laurent Ballesta

Océan Indien
Les fonds marins du Mont La Pérouse
©Copyright Laurent Ballesta
Une mission vient de rentrer du Mont La Pérouse. Elle a effectué pour la 1ère fois des images de cette montagne située par 145 mètres de fond au large de la Réunion. Dans l'équipe de plongeurs, Laurent Ballesta, éminent photographe et auteur de nombreux livres et documentaires sous-marins     
" La Curieuse " est rentrée de mission ce jeudi. Le bateau qui a son port d'attache à l'île Maurice, s'est rendu le 26 octobre dernier au Mont La Pérouse : Un mont sous-marin aussi connu sous le nom des " banc des 90 miles " et situé à 178 km (96 milles marins) au nord-ouest de l'île de La Réunion.
Cette montagne qui porte le nom de l'explorateur francais du XVIII siècle, a déjà fait l'objet d'une expédition scientifique en 2016, mais c'est la première fois qu'elle est ainsi échographiée, cartographiée et photographiée car les conditions d'accès et d'exploration sont difficiles dans cette zone. Les fonds marins peuvent ainsi passer de 5000 mètres à seulement quelques dizaines de mètres. 
 

Le Mont La Pérouse : des plongeurs d'exception


Cette expédition au Mont La Pérouse, surtout connu des pêcheurs a été menée par une équipe de plongeurs d'Andromède Océanologie avec à sa tête, un des plus grands photographes sous-marins au monde : Laurent Ballesta : photographe naturaliste francais et auteur de nombreux livres et documentaires dédiés à la photo sous-marine.
" Il y a eu au total 9 plongées très courtes mais extrêmes. Les  hommes ont atteint des profondeurs de 140 mètres pour lesquelles il a fallu faire des paliers de 4 heures et demie pour remonter à la surface " précise Florion Holon plongeur et Dr en biologie marine. 

Au cours de ces explorations, les fonds ont été échographiés à l’aide de sonars, ce qui a permis de mieux cibler les plongées. la mission avait aussi un volet scientifique afin d'inventorier les habitats, collecter des données sur la faune et la flore très riches en gorgones, éponges, étoiles de mer, coquillages et poissons.

Lors de la précédente expédition en 2016, Francis Marsac, chercheur à l'IRD et spécialiste mondial de la pêche thonière avait décrit cette zone comme " l'une des plus productives de la région " ( source le journal de Mayotte ).

Le reportage de Marie-Ange Frassati
 
©reunion
 

  
  
 
Publicité