Mort de Grégory Béraux : Joël Gardebien condamné à 12 ans de réclusion criminelle

justice
Joël Gardebien procès croquis
©Bruno Dufestin
Deuxième jour de procès aux assises, ce vendredi, avec l'émouvant témoignage de la mère de Grégory Béraux. Dans le box des accusés, Joël Gardebien nie avoir tué son colocataire, après avoir avoué les faits en garde à vue. Les jurés ont délibéré : l'accusé a été condamné à 12 ans de réclusion.


Deuxième jour de procès pour tenter de savoir ce qui s'est passé ce 10 avril 2015, jour où Grégory Béraux a été tué puis jeté dans la ravine voisine, non loin de la maison qu'il partageait avec Joël Gardebien.

L’audience a repris, ce vendredi 8 juin, avec la lecture du témoignage de Félix Cellard, un dalon des colocataires. Le témoin convoqué à l’audience, hier, ne s’est pas présenté. Le président a délivré un mandat d’amener qui n’a pas abouti puisque le témoin est sans domicile fixe dans la région de Montpellier. Le président a alors lu ses déclarations.

Félix Cellard, un temps soupçonné d’avoir participé à la mort de Grégory Béraux, a confirmé que la victime avait peur de Joël Gardebien car l’accusé était violent quand il avait bu. Selon Félix Cellard, le prévenu avait déjà planté un couteau dans la main de Grégory lors d’un jeu « frères de sang ». Grégory avait dû être hospitalisé et avait gardé un handicap à la suite de cette première agression. Dans ses dépositions, le témoin a nié avoir participé ou avoir été témoin du crime. Après la disparition de Gregory, il affirme être resté cloîtré chez lui pendant deux mois car il dit avoir été très peiné de la situation.

Le procès s’est poursuivi par les enquêtes des personnalités de l’accusé et de la victime. Des éléments qui permettront aux jurés d’évaluer la dangerosité du prévenu.

Le témoignage émouvant de la mère de Grégory Béraux

Maïté Béraux, la maman de la vitime, a ensuite témoigné, en pleurs à la barre. Elle se rappelle de Grégory quand il était enfant, quand il jouait, quand il s’occupait de son aquarium. « Il partageait tout ce qu’il aimait ». Elle évoque ensuite une vie adulte compliquée.  Grégory était père d’une petite fille et d’un adolescent de 15 ans. Deux enfants qu’il a eu de deux compagnes différentes. « Avant son décès il souffrait de ne pas voir ses enfants. Il est allé à La Réunion pour chercher une autre vie et du travail. Il a vécu dans un milieu  marginal baigné dans alcool et l’usage de médicaments depuis sa colocation avec l’accusé ». Dans le box des accusés, Joël Gardebin reste impassible devant ce récit. Maïté Béraux raconte ensuite son impuissance à aider son fils à distance. La famille savait qu’il n’était pas bien et qu’il avait peur de son colocataire. Peur de rentrer chez lui. Gégory aurait  raconté à ses parents que cela était devenu angoissant pour lui de vivre à l’Entre-Deux. Sa maman lui a demandé de partir. Mais au chômage et démuni de ressources, il est resté, jusqu’au drame survenu en avril 2015.

« J’ai senti mon ventre vide. J’étais très fusionnelle avec mon fils. Je sentais qu’il était mort »


Maïté Béraux raconte ensuite qu’au lendemain du crime, elle s’est réveillée en pleurs car elle avait fait un cauchemar dans lequel on lui apprenait la mort de son fils. « J’ai senti mon ventre vide. J’étais très fusionnelle avec mon fils. Je sentais qu’il était mort ». Elle décrit ensuite les 6 mois insupportables de la disparition de Grégory avant l’horreur de la découverte de ses ossements.

Dans un sanglot, elle demande à Joël Gardebien de dire la vérité. Impassible, l’accusé répond : « je suis désolé mais je n’ai pas frappé Grégory ».
Maïté Béraux à la barre croquis
©Bruno Dufestin

L'avocat général requiert 12 ans de prison contre Joël Gardebien

La cour a ensuite entendu les plaidoiries des parties civiles et de la défense. L'avocat général a ensuite requis 12 ans de réclusion criminelle à l'encontre de l'accusé. Le verdict est attendu cet après-midi.

La Défense, maître Jean-Jacques Morel, demande l'acquittement de son client, considérant qu'il n'y a pas de preuves méatérielles dans ce dossier et que les aveux formulés par Joël Gardebien lui ont été suggérés par les enquêteurs.

Les jurés ont délibéré. Joël Gardebien a été condamné à 12 ans de réclusion criminelle.


Rappel des faits :

Gégory Béreaux a été tué en avril 2015 dans des conditions mystérieuses. Porté disparu, son squelette n’a été retrouvé que 6 mois plus tard dans la ravine Sassa à l’Entre-Deux, non loin de la maison où il habitait. Suspecté dans cette affaire, son colocataire, Joël Gardebien, avait nié toute implication, parlant dans un premier temps d'un cambriolage, montrant des affaires appartenant à Grégory retrouvées éparpillées au tour de la maison qu'ils partageait... avant d'avouer les faits puis de se rétracter. Mais ses déclarations changeantes et ses attitudes troublantes ont permis de le confondre. L'enquête a révélé des relations violentes entre les deux hommes. En garde à vue, Joël Gardebien avait évoqué une dispute avec Grégory Béraux qui a dégénéré ce soir 10 avril 2015 avant de revenir sur ses déclarations.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live