Mouvement de grève nationale : le Grand port maritime à l’arrêt

transports
Containers et chariots cavaliers
©Réunion 1ère
Ce jeudi 17 septembre, l’appel national à la grève a été suivi au Grand port maritime. Au Port Est, où étaient mobilisée la CGTR Port et Docks, l’activité est restée à l’arrêt pendant deux heures ce matin.
L’appel national à la grève lancée par l’intersyndicale CGTR-FSU-Solidaires-Saiper a eu des répercussions sur l’activité portuaire. Deux actions simultanées ont été menées dans la matinée. Au Port Est, les dockers ont cessé de travailler pendant deux heures, de 7h à 9h.

Parallèlement, au siège social du Grand port maritime, les salariés ont débrayé durant toute la matinée alors qu’un conseil de surveillance se tenait en présence de l’ensemble des administrateurs pour la réélection du maire du Port Olivier Hoarau à la présidence.

Pour Danio Ricquebourg, le secrétaire général de la CGTR Port et Docks, il s’agissait d’abord de répondre au mort d’ordre de la fédération nationale. "Cette crise Covid est mal gérée. Ce n’est pas normal qu’on ait octroyé 100 milliards d’euros au patronat sans aucune contrepartie", dénonce le syndicaliste qui fait référence au plan de relance du Gouvernement pour redresser l’économie.

"Les patrons ne peuvent pas tout avoir ! Il aurait au moins fallu que l’Etat leur demande de garantir qu’il n’y ait pas de licenciements", défend Danio Ricquebourg qui rajoute aussi comme revendication l’augmentation des salaires.
 

Une délégation reçue à l'issue du conseil de surveillance


Pour la CGTR Port et Docks, le mouvement de ce jeudi 17 septembre était aussi l’occasion de revenir sur la gestion du cas positif de Covid-19 au service de maintenance du Grand port maritime. Dimanche dernier, le syndicat avait déploré le manque de réactivité et de transparence de la direction et de l’Agence régionale de santé.

La vingtaine de collègues de l’agent testé positif une semaine plus tôt, avait dû attendre ce lundi pour se faire dépister. Résultats qui sont au passage négatifs pour les personnes concernées. Danio Ricquebourg estime qu’il faut revoir le protocole sanitaire. "Si demain l’épidémie gagne le port, c’est toute l’économie de l’île qui sera à l’arrêt", argumente-t-il.

Sur cette question, la direction du Grand port maritime a répondu que dès l'annonce du cas positif, le médecin du travail avait été alerté pour mener des tests de dépistage.

A la mi-journée, les dockers ont rejoint les salariés du Grand port maritime au siège. Une délégation a été reçue à l’issue du conseil de surveillance. Ce jeudi après-midi, l’activité a repris normalement.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live