Municipales à La Réunion: zélèksyon dann tan lontan

élections 2021
Zélèksyon dann tan lontan
Huguette Bello à Saint-Louis en 1976 lors de la visite de Valéry Giscard d’Estaing ©Réunion La 1ère
Les municipales à La Réunion peuvent parfois réserver des surprises étonnantes, notamment statistiques. L’âge des maires en est un bel exemple.
 

Les élections municipales de 2014 ou le retour des dinosaures de la politique locale. Le dernier scrutin pour occuper le siège de premier magistrat des communes de l’île n’a pas été marqué par un regain de jeunesse, bien au contraire. Quatre anciens maires étaient revenus alors sur le devant de la scène : Jean Paul Virapoullé, André Thien-Ah-Koon, Joseph Sinimalé, et Marco Boyer. Quatre maires élus devenus largement septuagénaires aujourd’hui.

Zélèksyon dann tan lontan
Jean-Paul Virapoullé 1976 ©Réunion La 1ère


L’actuel maire de Saint-André, par exemple, a pris ses fonctions la première fois en 1972, il avait alors 28 ans. Pour le maire du Tampon, sa première prise de poste à la tête de la municipalité remonte à 1983. André Thien-Ah-Koon avait 43 ans. Aujourd’hui, à 79 ans, le maire le plus âgé de l’île se relance dans la course à la mairie.
 

Statistiques : une moyenne d’âge locale qui dépasse le national

 

Aujourd’hui à La Réunion, neuf maires ont plus de 70 ans. Sur les 24 communes, la moyenne d’âge du premier magistrat est de 63 ans contre 61 ans au national. C’est une femme qui, à elle seule, tempère cette hausse au niveau local. Il s’agit de Vanessa Miranville qui avait 30 ans lorsqu’elle a été élue maire de La Possession.

Zélèksyon dann tan lontan
Vanessa Miranville 2014 ©Réunion La 1ère


Aujourd’hui, à 36 ans, elle fait partie du Top 10 des maires les plus jeunes de France. Fait étonnant à souligner, c’est qu’en 2014, la plus jeune maire a succédé à l’époque au plus âgé. Roland Robert avait 77 ans soit 47 ans de plus que Vanessa Miranville.
 

De très longues mandatures à La Réunion

 
Roland Robert est aussi le maire qui a eu le plus long mandat à la tête d’une commune réunionnaise. Avec six mandats successifs, il a dirigé La Possession durant 43 ans.
Jean-Paul Virapoullé n’est pas loin derrière, avec 41 ans à la tête de Saint-André, même s’il faut compter un intermède en 2014 avec l’élection d’Eric Fruteau.
En troisième position, on trouve Irénée Accot, maire de Cilaos pendant 38 ans, de 1949 à 1965.
Paul Moreau a lui été le maire de Bras-Panon durant 36 ans. Il a été élu la première fois en 1959 et quittera la mairie en 1995, battu alors par Jean-Marie Foudrin.  
Guy Hoareau a dirigé la commune de Saint-Joseph pendant 32 ans : de 1957 à 1989. Un homme qui reste dans la mémoire populaire sous le ti nom gâté de “Ti Guy Lapompe”.
Michel Dennemont, élu en 1987 à l’âge de 38 ans, a été maire des Avirons pendant 30 ans.

Zélèksyon dann tan lontan
Roland Robert maire de la Possession ©Réunion La 1ère
Zélèksyon dann tan lontan
Guy Hoareau maire de Saint-Joseph ©Réunion La 1ère
Zélèksyon dann tan lontan
Irénée Accot maire de Cilaos ©Réunion La 1ère
Zélèksyon dann tan lontan
Michel Dennemont maire des Avirons ©Réunion La 1ère

 

Le PCR : parti le plus longtemps à la tête d’une commune


Avec la mandature de 43 ans de Roland Robert à la tête de La Possession, le parti communiste réunionnais détient la palme du parti qui a « tenu » le plus longtemps une commune.
Paul Vergès, maire du Port pendant 17 ans de 1971 à 1989, avant Pierre Vergès et Jean-Yves Langenier, conforte cette position.

Zélèksyon dann tan lontan
Paul Vergès maire du Port ©Réunion La 1ère


Sainte-Suzanne vient enfoncer le clou, et est même sur les rangs pour détrôner La Possession. Lucet Langenier a été le premier maire communiste de la ville en 1980, pendant 13 ans. Maurice Gironcel lui a succédé, et après un intermède de trois ans assuré par Yolande Pausé, a repris les rênes jusqu’à aujourd’hui. Au total, cela fait 39 ans de gestion communiste à Sainte-Suzanne. Maurice Gironcel étant candidat à sa succession, Sainte-Suzanne pourrait théoriquement battre le record de La Possession dans les prochaines années.

Par ailleurs, il y a deux communes dans l’île qui ont toujours été à droite et ce depuis la seconde guerre mondiale: il s’agit du Tampon et de l’Entre-Deux. Mais pas nécessairement avec des maires d’un même parti.
 

Statistiques : la place des femmes largement minoritaire à La Réunion


A l’heure actuelle, une seule femme est élue maire à La Réunion. Il s’agit de Vanessa Miranville à La Possession. En France, 17% des maires sont des femmes. A La Réunion c’est 4%.
Des femmes qui ont longtemps été absentes à ce poste. La première femme maire de La Réunion a été élue en 1965. Il s’agit de Marie-Thérèse de Chateauvieux qui a dirigé la commune de Saint-Leu durant 18 ans.

Zélèksyon dann tan lontan
Marie-Thérèse de Chateauvieux maire de Saint-Leu ©Réunion La 1ère


Après elle, il n’y a pas eu d’autres femmes maire à La Réunion durant 26 ans. Il faudra attendre 2008 et Huguette Bello. La première maire de gauche à investir la mairie de Saint-Paul.

Zélèksyon dann tan lontan
Huguette Bello maire de Saint-Paul ©Réunion La 1ère

 

Zélèksyon dann tan lontan : les insolites


Un homme de la classe politique locale a réussi la performance d’être élu à la tête de trois communes différentes dans l’histoire de La Réunion. Il s’agit de Raymond Vergès, père de Paul et Jacques. Il a d’abord été maire de Salazie de 1935 à 1942, puis maire de Saint-Denis pendant un an seulement, juste après la guerre. Et enfin, maire de Saint-André pendant neuf ans, de 1948 jusqu’à sa mort en 1957. Ils ne sont que deux dans l’histoire politique de la France à avoir réussi cette performance. 

Et puis on peut à la fois gérer une commune et sa paroisse en même temps. C’est la performance cette fois réalisée pendant 12 ans à l’Entre-Deux par Gérard Dujardin qui a été maire et curé de 1945 à 1959.

Retour ces "zélèksyons dann tan lontan" avec Jean-Marc Collienne :