Vote sur les néonicotinoïdes : Nathalie Bassire tente de rectifier le tir

politique
Nathalie Bassire
©Réunion 1ère
La députée Nathalie Bassire a voté en faveur du projet de loi permettant le retour à l'usage de certains pesticides, mortels pour les abeilles. Elle a ensuite expliqué qu'il s'agissait d'une erreur de son équipe. 
 
L’Assemblée nationale a validé mardi 6 octobre le retour des néocotinoïdes, des insecticides dangereux pour les abeilles. Ces pesticides avaient été interdits en 2016. Leur utilisation redevient possible en cas de danger sanitaire pour les betteraves sucrières. Deux députées réunionnaises ont voté pour ce projet de loi, mais l'une d'elles, Nathalie Bassire, revient sur son vote. 

La députée qui est aussi membre de la commission développement durable à l’Assemblée nationale clame qu’elle est contre les néonicotinoïdes. Dans un communiqué, elle explique qu’elle  s’est "toujours opposée à l’adoption de ce texte". N’étant pas présente dans l’hémicycle au moment du vote, elle avait "donné des instructions à (son) équipe pour faire connaître (sa) position".
 

⚠️ Mise au point ➡️ j’ai voté CONTRE ‼️ La loi relative aux conditions de mise sur le marché de certains produits...

Posted by Nathalie Bassire Députée on Wednesday, October 7, 2020

Elle a ensuite réaffirmé son engagement "pour défendre la biodiversité et contribuer à la transition écologique".
  

Un vote qui fait débat

Un rectificatif a été publié sur le site de l’Assemblée, dans lequel il est indiqué que la députée réunionnaise a fait savoir qu’elle avait voulu voter contre ce projet. Le groupe auquel elle est apparentée, Les Républicains, a voté à 67 voix pour, 21 contre et 9 députés se sont abstenus.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :
 
Agriculture : les pesticides de la discorde


Nadia Ramassamy, députée de la 6ème circonscription de La Réunion qui fait également partie du groupe LR a bien voté, pour sa part, pour le projet et ne s’en cache pas.

Dans un communiqué, la branche réunionnaise de Génération Écologie déplore le vote des députés. Selon eux, "ces pesticides très dangereux vont tuer la biodiversité, contaminer nos sols et tuer nos abeilles pour finalement atterrir dans nos assiettes en bout de chaîne alimentaire."
 

Il est incompréhensible qu'une députée de Saint-Denis qui travaille dans le domaine de la santé ait voté pour la ré-autorisation de ce véritable poison ! 

Ludovic Sautron, Génération Écologie


Didier Robert, président de la Région Réunion où Nathalie Bassire est conseillère s'est également exprimé sur la question. 
 

Je comprends qu’il puisse y avoir débat. Pour ma part, je considère que la tendance naturelle et ce vers quoi nous devons tendre c’est incontestablement la dimension écologique et de protection de notre environnement.

Didier Robert, président de la Région Réunion


Adopté en première lecture à l'Assemblée nationale, le projet de loi doit désormais être examiné par le Sénat à la fin du mois d'octobre.