réunion
info locale

Une nouvelle vache retrouvée morte sur l’exploitation des Lauret à la Plaine des Cafres

santé
Une nouvelle vache est morte sur l'exploitation des Lauret, le 9 août, à la plaine des Cafres.
Une nouvelle vache est morte sur l'exploitation des Lauret, le 9 août, à la plaine des Cafres. ©Sophie Person
Une nouvelle vache a été retrouvée morte, ce vendredi 9 août, sur l’exploitation de la famille Lauret à la Plaine des Cafres. La situation de ce cheptel s’aggrave. Frappées par la leucose bovine, plusieurs bêtes sont déjà décédées.
Un réveil difficile ce matin à la Plaine des Cafres. Le couple Lauret a découvert une nouvelle fois une de leur vache décédée sur leur exploitation. Une autre bête est très mal en point. Elle souffre et est incapable de se mettre sur ses quatre pattes depuis ce matin. "Je pense qu'elle va mourir aussi. C'est très lourd ce qui nous arrive, je ne sais plus quoi faire", se désole l'éleveur, Georges Lauret.

Regardez son témoignage ici : 
©reunion
 

Plusieurs bêtes décédées

Frappée par la leucose bovine depuis le début de l’année, cette exploitation a déjà perdu de nombreuses vaches. Son cheptel d'une trentaine de bêtes est aujourd'hui réduit à seize vaches et huit veaux. 

Le couple se bat depuis des mois pour obtenir des réponses face à cette mortalité élevée. Totalement désespérés, les Lauret ont prévenu les services vétérinaires de la DAAF qui doivent venir récupérer la carcasse de la bête. Fin juillet déjà, la DAAF s’était rendue sur l’exploitation afin d'euthanasier une bête, sans l'autorisation des agriculteurs qui avaient bloqué les agents.
 
Une nouvelle vache est morte sur l'exploitation des Lauret, le 9 août, à la plaine des Cafres.
Une autre vache est malade sur l'exploitation des Lauret, à la plaine des Cafres. ©Sophie Person
 

Pas de cheptel éliminé

La leucose bovine touche plusieurs élevages de La Réunion, mais pour le moment aucun cheptel n’a été supprimé. Selon la Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de La Réunion, la leucose bovine tue les vaches, mais est inoffensive pour l'homme. En attendant, c’est toute la filière qui trinque, car les Réunionnais font de moins en moins confiance au bœuf péi.
 
Publicité