Pass vaccinal : les restaurateurs craignent une nouvelle baisse d’activité

coronavirus
coronavirus covid-19 restaurant pass vaccinal protocole sanitaire
©Indranie Pétiaye
Continuité pour certains, crainte d’une baisse d’activité pour les autres. Avec le couvre-feu et la fin du pass sanitaire pour une partie de la clientèle, certains restaurateurs craignent une nouvelle claque avec l’entrée en vigueur du pass vaccinal.

Lundi prochain, le 24 janvier, le pass vaccinal entrera en vigueur à La Réunion comme dans l’Hexagone. Pour accéder au lieux dont l’accès est restreint, il faudra être détenteur d’un pass vaccinal, donc disposer d’un schéma vaccinal complet. Le pass sanitaire ne sera accepté que pour les 12-17 ans.

Pour certains restaurateurs, le fonctionnement restera donc le même. Il faudra toujours fourni un pass pour consommer sur place, estime le responsable de plusieurs établissements du centre-ville de Saint-Denis. Pour d’autres en revanche, la mesure va tout de même changer les choses.

Regarder le reportage de Réunion la 1ère :

Le pass vaccinal en vigueur dès lundi à La Réunion. Les réactions des restaurateurs ©Réunion la 1ère

Avec le pass, la levée des restrictions ?

David Banon, propriétaire et directeur d’un restaurant dionysien, estime qu’il s’agit d’une " possibilité de retravailler normalement ". Pour lui, le pass vaccinal doit s’accompagner d’une levée des restrictions, comme les mesures de jauges notamment.

Encore faut-il que le calendrier de levée des restrictions soit le même dans le département que pour l’Hexagone. L’état d’urgence sanitaire vient en effet d’être prolongé pour les Outre-mer, La Réunion comprise.

" Sur ces annonces-là, on ne peut que se féliciter de retrouver une vie économique normale. Maintenant, là où le bât blesse c’est qu’on s’est rendu compte que des gens ont fait deux doses, et n’ont pas fait la 3ème dose, donc leur pass saute. Cela fait quand même une masse de clients ".

David Banon, propriétaire et directeur d’un restaurant à Saint-Denis.

 

Fin de pass pour les non-vaccinés

Le restaurateur souligne également la fin du pass pour les personnes non-vaccinées, qui pouvaient obtenir un pass sanitaire avec un résultat négatif de test de dépistage. Là aussi, cela représente un nombre de clients. " Il y aura un impact économique qu’il faudra quantifier ", estime David Banon.

Il regrette une fois encore le manque de visibilité. Le manque à gagner sera-t-il compensé par des mesures d’accompagnement auprès des entreprises impactées, s’interroge le patron.

Un manque de clientèle que déplore également Philippe Doki-Thonon, le vice-président de l’Union de Métiers et des Industries de l’Hôtellerie. Le Conseil constitutionnel a validé ce vendredi 21 janvier, la loi instaurant le pass vaccinal et avec elle la vérification de l’identité des clients par les professionnels. Un contrôle que refusaient les restaurateurs notamment.

Pass vaccinal : les clients vont-ils déserter les restaurants ?

Des clients en moins et des frais en plus

Avec le couvre-feu, les restaurateurs accusent déjà une baisse du chiffre d’affaire. Elle s’élève à près de 60% pour Laurent Settama, gérant d’un restaurant de Sainte-Suzanne. Avec le pass vaccinal, il s’attend à une nouvelle baisse de fréquentation, notamment avec la fin du pass sanitaire pour les non-vaccinés.

Laurent Settama craint aussi que la mesure ne nécessite du personnel supplémentaire, uniquement pour le contrôle du pass. " Il faut mettre quelqu’un qui ne gère que ça, qui ne va pas aller servir les clients, qui ne va pas les desservir, qui va gérer que l’entrée des personnes avec le pass pendant un moment ", explique-t-il. Cela représente pour lui une masse salariale supplémentaire non-productive.  

Pour Laurent Settama, les restaurateurs ont " vraiment joué le jeu " pour " pouvoir continuer à travailler ". Il estime que malgré tout, les mesures sont à chaque fois de plus en plus accablantes pour le secteur d’activité.