publicité

La période des inventaires écourtée par la crise des Gilets Jaunes

Beaucoup de magasins et de grandes surfaces fermés aujourd'hui ou demain dans l'île. Ils procèdent actuellement au traditionnel inventaire, exercice obligatoire à chaque fin ou début d'année

© Elyas Akhoun
© Elyas Akhoun
  • E.A.
  • Publié le , mis à jour le
C'est devenu une image incontournable: des vendeurs qui passent leurs matinées ou leurs après-midi à scanner des milliers d'articles. Cela se produit une fois par an, souvent en décembre ou en janvier. Les enseignes de distribution et les commerces doivent faire l'inventaire de leurs stocks. L'inventaire est une obligation légale pour toutes les entreprises ayant des marchandises en stock : au moment où elles clôturent leurs comptes annuels (en général le 31 décembre), elles doivent répertorier tous les produits qui sont dans leurs rayons ou leurs entrepôts et viennent s'ajouter à leurs actifs financiers.
Les vendeurs vont scanner pendant 2 jours tous les produits invendus et encore en stock © Elyas Akhoun
© Elyas Akhoun Les vendeurs vont scanner pendant 2 jours tous les produits invendus et encore en stock
Ce travail de recensement peut durer entre 3 et 6 heures selon la taille du commerce ou du supermarché. Mais cette année avec la crise des Gilets jaunes, il devrait durer un peu moins longtemps que prévu. Le mouvement social qui a duré près d'un mois dans l'île a perturbé l'activité des commerces. Beaucoup de magasins n'ont toujours pas reçu leurs colis bloqués dans des containers, pour la plupart déroutés vers l'île Maurice ou l'Afrique du Sud. Mais pour l'ordre des experts-comptables de La Réunion, il faut déjà sortir les calculettes: la valeur du stock aura un impact déterminant sur le résultat final de l’entreprise.
 

"La problématique, ce sont les containers qui ne sont pas rentrés dans le département. Il faut les recenser. Il faut les payer aux fournisseurs, et les entreprises ont 30 jours pour les régler. C’est du stock flottant. Toute la difficulté c’est de s’assurer avec le transitaire de la position actuelle du container. L'entreprise ou le commerce doit s’assurer également qu’il n’y a pas eu d’avaries et de pertes de marchandises. La marchandise est valorisée par rapport au prix d’achat et au prix d’approche mais encore faut-il que cette marchandise soit localisée." Rémy AMATO, président de l'ordre des experts-comptables de La Réunion

© FAZSOI
© FAZSOI


Ventes en baisse de 10 à 20% en décembre


Depuis le 17 novembre dernier, des entreprises et des commerces ont enregistré une nette baisse d'activité. Avec les barrages filtrants dressés par manifestants, des commerces et PME sont restés fermés pendant 15 jours. Un manque à gagner qui ne sera pas facile à combler.  

"Si dans les containers qui n'ont toujours pas été localisés ou qui ne sont pas arrivés, il y a des produits périssables, on aura clairement un problème de valorisation. Pour les produits périssables, ils devront être rapidement bradés. Il y aura un impact inévitable sur les comptes et la trésorerie. Pareil pour les produits festifs qui sont arrivés après Noël,  ils vont terminer soldés ou en promotion." Rémy AMATO


Tous ces produits, périssables ou pas, seront intégrés dans les comptes et l'inventaire 2018. Le bilan sera fait dans quelques semaines. Sans surprise, il devrait être déficitaire. Rien qu'à Saint-Denis, les ventes enregistrées pendant le mois de décembre dernier auraient baissé de 10 à 20% par rapport à 2017.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play