Petite-Ile : près de 4 kilos de skunk sous serre saisis

justice petite île
Saisie de skunk cultivée sous serre à Petite-Ile
La brigade des stupéfiants a saisi 3,9 kilos de skunk cultivée sous serre chez un habitant, à Petite-Ile. ©D.R.
Lundi, les policiers de la brigade des stupéfiants ont interpellé un Petit-Ilois chez qui ils ont découvert près de quatre kilos de skunk « Purple haze » et « White », des variétés de cannabis beaucoup plus forte que le zamal. L’herbe était cultivée sous une serre de fortune.
C’est un renseignement de premier choix que les policiers de la Sûreté départementale ont recueilli en début de semaine. Informés qu’un habitant de Petite-Ile se livrait à la culture de cannabis, les hommes de la brigade de stupéfiants sont arrivés lundi à son domicile pour une perquisition.

Les policiers ont alors constaté que l’individu faisait pousser de la skunk, une variété d’herbe réputée pour sa haute teneur en THC, la molécule active du cannabis. Une vingtaine de plants ont été découverts sous une serre de fortune se trouvant à côté de son logement.
 

Une valeur marchande de 20 000 euros


Au total, ce sont très exactement 3,890 kilos de cannabis de type « Purple haze » et « White » qui ont été saisis au domicile du mis en cause. Soit une valeur à la revente au détail estimée à 20 000 euros. Les policiers ont également récupéré un sachet d’herbe de cannabis séché ainsi que des boutures.

La skunk, qui est trois plus forte en THC que le zamal local, se négocierait au prix de 10 euros le gramme, mais le produit serait très rare dans l’île, soulignent les policiers qui ont voulu couper court à tout trafic.

Le cultivateur a été interpellé et placé en garde à vue. L’homme âgé de 42 ans nie avoir voulu se livrer à un trafic et parle d’une consommation personnelle.

Il explique que c’est parce que cette variété de cannabis pousse plus vite qu’il a choisi d’en cultiver. Il soutient encore que c’était une façon pour lui de ne plus se ruiner à en acheter.

Reste à voir si sa version convaincra la justice. Il a été remis en liberté et il est convoqué au tribunal judiciaire de Saint-Pierre à la fin du mois d’août.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live