Pluie d’hommages suite au décès de Françoise Guimbert, grande voix du maloya à La Réunion

disparition
La marraine du Maloya, Françoise Guimbert est décédée à l’âge de 76 ans
La marraine du Maloya, Françoise Guimbert est décédée à l’âge de 76 ans. ©Imaz Press
Figure emblématique de la musique réunionnaise, Françoise Guimbert est décédée à l’âge de 76 ans. Les réactions se multiplient pour rendre hommage à une "fanm dobout", une "fervente militante culturelle" saluée pour sa carrière, sa générosité, son énergie, son courage et son humanisme.

Les hommages pleuvent suite à l’annonce du décès de Françoise Guimbert, ce vendredi 25 mars. Originaire de Saint-Benoît, la marraine du maloya est décédée à son domicile à l’âge de 76 ans.

Figure emblématique de la musique réunionnaise, elle avait connu son premier succès musical avec "tantine zaza", en 1978. Son parcours, son talent, et sa personnalité sont reconnus unanimement. Le monde politique salue une "femme courage", "fervente militante culturelle", "artiste autodidacte" qui a marqué la musique réunionnaise.

Sa générosité, son humour, son courage et son humanisme sont reconnus de tous. Françoise Guimbert était chevalier des arts et des lettres et chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur.  

Regardez l'émission "Roulé Matante" avec Françoise Guimbert sur Réunion La 1ère :

"Adyé Tantine Zaza !"

La présidente de Région rend hommage à "In fanm dobout ! Une soeur de coeur au grand coeur !" "La Réunion perd un zarboutan la Mizik réyonèz. Une grande voix engagée, féministe et libre", écrit Huguette Bello qui salue le "parcours de vie extraordinaire" de Françoise Guimbert.

Elle "incarne aussi l’idée qu’avec le courage et la passion pour l’art, tout devient possible, quand on a l’amour, la fierté de ses racines et la détermination de repousser les limites et les cadres qu’établit notre société pour les femmes".

Adyé Tantine Zaza ! Ou lé dan nout kèr dann kèr La Rényon pou touzour !

Huguette Bello

"Attachante et inspirée"

"Notre île perd une figure emblématique de la musique locale, une grande voix du Maloya, au charisme exceptionnel et qui avait une présence unique sur scène", écrit de son côté Cyrille Melchior. 

Attachante et inspirée, elle chantait l’amour, la solitude, … des textes ancrés dans la vie quotidienne et de l’identité réunionnaise.

Le président du Département

"Une étoile de plus dans le ciel"

La sénatrice, Nassimah Dindar, rend aussi hommage à "cette femme, cette allure, cette figure emblématique, cette amie, Françoise Guimbert". Nassimah Dindar lui avait "remis la médaille d'honneur du Mérite" et avait partagé avec elle "des moments uniques".

La musik peï est en deuil ! La Réunion est en deuil. Tantine Zaza s’en est allée rejoindre les plus Grands. Une étoile de plus dans le ciel.

Nassimah Dindar

"Une fervente militante culturelle" 

"Une grande dame du Maloya est allée taper aux portes du Paradis", écrit pour sa part le député de La Réunion, Philippe Naillet. "Partie de rien", Françoise Guimbert "est devenue une des références musicales réunionnaises", "une fervente militante culturelle également engagée pour la cause des femmes". "Adié Françoise !", écrit-il aussi.

"Elle savait transmettre sa passion"

 Jean-Hugues Ratenon, député de La Réunion, rappelle que Françoise Guimbert "diffusait autour d’elle une atmosphère de joie grâce à son caractère rieur". "Elle savait transmettre sa passion aux jeunes et moins jeunes d'entre nous, poursuit-il.

Véritable pilier de notre culture. Elle était toujours disposée à écouter, discuter et s'amuser. Je garderai en mémoire tant de précieux moments ! Adieu Françoise, nos moments de complicité vont me manquer.

Jean-Hugues Ratenon

"Nou romersi aou"

Dans un communiqué en créole, la maire de Saint-Denis, Ericka Bareigts rend aussi hommage à Françoise Guimbert. "So Kafrine Sinbénwa k'la vi la pa fé kado mé k'la mizik la porté ziska son dernyé Séga-Maloya zordi, écrit Ericka Bareigts. Nou Kompliman aou Franswaz é nou romersi aou pou tout out gayar Fanm Dobout, Fanm Maloya, Fanm la Réunion".  

"Saint-Benoît perd un de ses enfants"

Patrice Selly, maire de Saint-Benoît, rend aussi à "l’interprète de Tantine Zaza, un zarboutan de la culture réunionnaise". "Une artiste bénédictine talentueuse, pétillante et généreuse, écrit Patrice Selly. Saint-Benoît perd un de ses enfants mais, aujourd’hui, c’est toute La Réunion qui pleure la disparition d’une icône".

"Générosité, énergie, courage, humanisme"

Le préfet de La Réunion, Jacques Billant, salue également la mémoire de "l’auteure, compositrice, chanteuse et musicienne". "Sa générosité, son énergie, son courage et son humanisme ont souvent été mis au profit des enfants et des jeunes musiciens réunionnais, pour lesquels elle s’est engagée notamment  grâce à l’association « Pomme d’Aco »", rappelle Jacques Billant qui rend hommage à une "artiste humble, engagée et reconnue".

Avec sa disparition, La Réunion perd une femme exceptionnelle et une figure majeure du monde culturel et artistique.

Le préfet de La Réunion

"Après Daniel Honoré, Saint-Benoît et La Réunion perdent une figure emblématique du patrimoine de notre pays", a également réagi Roger Ramchetty, président du Conseil de la culture, de l'éducation et de l'environnement de La Réunion.

Dans son quartier, l’émotion est forte

Toute La Réunion est touchée par la disparition de Françoise Guimbert. Le monde de la culture, artistes et professionnels du secteur, lui rend aussi hommage.

Ses voisins parlent de Françoise Guimbert avec beaucoup d’affection et d’émotion.

Regarder le reportage de Réunion la 1ère

La musique réunionnaise en deuil. Originaire de Saint-Benoît, Françoise Guimbert, la marraine du maloya est décédée à 76 ans. Reportage