Plus contagieux, le variant sud-africain du Covid-19 pourrait faire flamber le nombre de cas à La Réunion

coronavirus
Des tests de dépistage RT6PCR au COvid-19.
Des tests de dépistage RT6PCR au Covid-19. ©Imaz Press

Un premier cas importé du variant sud-africain du Covid-19 est confirmé à La Réunion, ce dimanche 17 janvier. D'autres échantillons suspects seront analysés dès ce lundi. "Plus contagieux, ce variant pourrait faire flamber le nombre de cas dans l’île", selon le Dr Gaüzère.

"C’était une question de jours ou de semaines avant qu’un variant ne soit identifié chez nous", estime sur Réunion La 1ère, le docteur Bernard-Alex Gaüzère, ancien chef de service de réanimation du CHU Nord.

Ce dimanche 17 janvier, la préfecture de La Réunion et l’Agence Régionale de Santé annoncent un premier cas importé du variant sud-africain du Covid-19 à La Réunion. Il s’agit d’un patient hospitalisé au CHU de Bellepierre, après une évacuation sanitaire en provenance des Comores, pays où le variant sud-africain circule activement. Ce patient est encore dans un état critique. Par ailleurs, d'autres échantillons suspects seront analysés dès demain, lundi, à La Réunion.

Vers une flambée des cas ?

Même si ce premier cas du variant est importé, le docteur Bernard-Alex Gaüzère, prévient : "on peut désormais imaginer trouver de multiples autres cas de personnes atteintes par les variants dans l’île. La difficulté va être de prendre en considération que ces nouveaux variants sont plus contagieux".

L'ancien chef de service de réanimation du CHU Nord va même plus loin. Il estime que "ce variant pourrait faire flamber le nombre de cas recensés à La Réunion, alors que pour l’instant la situation est relativement calme".

Un variant bien plus contagieux

Le variant sud-africain ne semble pas causer de formes plus graves de la maladie, mais selon les scientifiques, il se propage bien plus vite du fait de sa contagiosité. "Avec un peu moins de virus, il y a davantage de personnes contaminées. En clair, une personne porteuse d’un variant va contaminer 1,5 personnes de plus, c’est-à-dire que le coefficient R serait multiplié par 0,50 avec ce variant", explique le docteur Bernard-Alex Gaüzère.

Même discours du côté de l'ARS Réunion. "Ce virus se diffuse plus rapidement dans la population, il y a donc plus de cas, plus d’hospitalisations et donc plus de décès", reconnait le docteur François Chieze, directeur de la veille et de la sécurité sanitaire, à l’Agence Régionale de Santé de La Réunion.

Regardez son interview sur Réunion La 1ère :

Questions au docteur François Chieze de l’Agence Régionale de Santé

 

Une surcharge du système de soin à prévoir

"Même si ces cas ne sont pas plus graves, ça veut dire plus de patients dans les hôpitaux et donc plus de patients en service de réanimation, confirme le docteur Bernard-Alex Gaüzère. Une surcharge du système de soin serait alors à prévoir, comme ça se passe actuellement en Angleterre et surtout en Irlande où le variant britannique a fait basculer la situation sanitaire".

Face à l'apparition de ce variant, les Réunionnais se posent beaucoup de questions. 

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Un premier cas importé du variant sud-africain est confirmé à La Réunion. D'autres échantillons sont en cours d'analyse

 

Le parcours "sécurisé" de ce cas importé

De leurs côtés, les autorités locales tiennent à rassurer les Réunionnais sur le parcours "sécurisé" de ce premier patient atteint du variant sud-africain du Covid-19. Ce patient est arrivé au CHU de Bellepierre par évacuation sanitaire depuis les Comores.

"Son parcours de prise en charge a été sécurisé dès le départ avec la mise en œuvre du respect strict du protocole sanitaire d’isolement lié à la Covid-19, explique l’ARS et la préfecture. Le patient est toujours hospitalisé en réanimation polyvalente à ce jour. Les personnels soignants du CHU ayant pris en charge le patient depuis son arrivée ont été soumis à l’application, rigoureuse et renforcée, des gestes barrières selon les protocoles en vigueur".

35 patients Covid venant de Mayotte

Pour faire face à cette nouvelle donne, les autorités réunionnaises ont décidé d’adapter la stratégie de dépistage. Dès ce lundi, à La Réunion, il y aura des analyses par séquençage ARN de la totalité des prélèvements déjà effectués et conservés dans les laboratoires.

Ces prélèvements sont ceux de 35 patients identifiés comme porteurs du Covid et provenant de Mayotte depuis 14 jours ou moins. En attendant les résultats, l'ARS a demandé à ces patients de se placer à l'isolement. 

Des tests pour tous les voyageurs arrivant de Mayotte

De plus, il est demandé à toute personne ayant voyagé à Mayotte, aux Comores et au Mozambique ces 14 jours derniers jours d’effectuer obligatoirement un test RTPCR dans les plus brefs délais.

Depuis vendredi, les motifs impérieux sont désormais obligatoires pour voyager entre La Réunion et Mayotte. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes demandent déjà la fermeture des liaisons aériennes avec l’île aux Parfums.

Quatre cas du variant à Mayotte

Ce dimanche soir, le docteur François Chieze, directeur de la veille et de la sécurité sanitaire, à l’Agence Régionale de Santé de La Réunion, annonce sur Réunion La 1ère, que quatre cas du variant sud-africain sont désormais confirmés à Mayotte.