Port Est : la grève se poursuit pour les dockers et agents de maintenance de la SERMAT

social le port
Le Grand Port Maritime de La Réunion.
Le Grand Port Maritime de La Réunion. ©Imaz Press

Le conflit n’est toujours pas résolu au Port Est. Les dockers et ouvriers de maintenance de la SERMAT sont en grève depuis jeudi 21 janvier. Ils demandent à la direction une formation aux nouveaux engins. Aucune livraison de conteneurs n’a eu lieu depuis vendredi dernier. 

Les dockers et les agents de maintenance de la SERMAT, service de maintenance des matériels des entreprises de manutention, ont cessé toute activité depuis six jours. Les salariés exigent une formation pour l’arrivée de nouveaux engins. Selon la direction, le Port Est est paralysé et 1500 conteneurs seraient bloqués. Aucun accord n’a pour l’heure été trouvé entre les deux parties.

Regardez le reportage de Réunion la 1ère:

Arrivée de nouveaux appareils

L’évolution des chariots cavaliers est à l’origine du conflit. Ces engins portuaires, à la base thermiques, devraient être remplacés d’ici la fin de l’année par des modèles hybrides et électriques. Les ouvriers demandent à être formés à ces nouvelles technologies. "C’est une évolution de notre métier, cela ne s’apprend pas du jour au lendemain, ni sur le tas" déplore Miguel Thiong Soui Ho, délégué syndical CGTR Ports et Docks de la société SERMAT.

Le syndicat ajoute que le nombre de chariots cavaliers augmente : de 18 engins en 2014, il est passé à 34 machines aujourd’hui. Cela entraînerait une multiplication des heures supplémentaires.

Un dialogue de sourds

Les dockers assurent être "conscients des conséquences économiques" de cet arrêt. Ils attendent des "échanges clairs et directs" avec la direction. De son côté, la direction déclare avoir proposé un protocole de sortie de crise aux salariés. Un protocole qui "n’a pas reçu l’agrément des travailleurs", explique Jean-Christophe Mollière. Le président de la SERMAT appelle les employés à reprendre leurs activités "pour ensuite discuter". Il insiste sur le fait que des "réunions regroupant l’ensemble des partis ont eu lieu". Jean-Christophe Mollière ajoute ne pouvoir assurer une augmentation de la masse salariale, demandée auparavant par les ouvriers. "Avec la perte des volumes que j’ai eu en 2020 suite à la crise Covid, il m’est totalement impossible d’accepter ces revendications" explique le président de la SERMAT.

Dans un communiqué publié en fin de journée, le GIE SERMAT demande "une réunion de la Commission de Conciliation, instance placée sous l'égide de la DIECCTE". Elle assure avoir formulé une "nouvelle proposition de sortie de crise" aux salariés ce mardi 26 janvier. 

Activités portuaires suspendues

Sept escales de navires sur l’île ont été reportées. L’entreprise estime à 2000 le nombre de mouvements conteneurs non réalisés ce week-end.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live