Un premier cas de coronavirus confirmé à La Réunion

coronavirus
Le CHU de Bellepierre à Saint-Denis.
Le CHU de Bellepierre à Saint-Denis. ©Imaz Press
Un premier cas de coronavirus vient d'être confirmé à La Réunion, ce mercredi 11 mars, par la préfecture. Ce patient est pris en charge par les équipes du CHU Nord. L'homme de 80 ans faisait partie d'un groupe de 34 touristes Réunionnais en croisière dans les Caraïbes
La préfecture et l’Agence régionale de la santé confirme un premier cas de coronavirus-covid19 à La Réunion, ce mercredi 11 mars. "Ce patient est pris en charge par les équipes du CHU Nord. Son état de santé ne présente pas de signe de gravité. Les investigations de l’Agence régionale de santé et de la cellule régionale de Santé publique France sont en cours pour identifier les personnes qui auraient été en contact rapproché et prolongé avec cette personne", indique dans un communiqué la préfecture.
 

Emission spéciale Coronavirus avec Réunion la 1ère radio


Un patient pris en charge au CHU Nord

"Selon le protocole en vigueur, cette personne a été placée à l’isolement dans le service compétent à la prise en charge de la pathologie au sein du CHU Nord. Un homme de 80 ans, de retour d’un voyage aux Etats-Unis, qui a transité par Paris avant son retour à La Réunion. Son état de santé ne présente pas de signe de gravité ce jour, précise les autorités. Chaque personne contact fera l’objet de préconisations adaptées à son niveau d’exposition et notamment de mesures de confinement pour éviter et limiter toute propagation épidémique possible".

Selon les premières informations dévoilées aujourd'hui par le préfet et l'ARS, l'homme de 80 ans vit en couple. Il faisait partie d'un groupe de 34 personnes, 34 réunionnais qui ont participé à une croisière au départ de Miami. Il a été demandé à ces 34 touristes de rester chez eux, le temps que des tests soient effectués. Ils ont participé à une croisière aux Bahamas dans les Caraïbes. 

Le patient a ressenti les premiers symptômes du Coronavirus le 6 mars. Depuis son retour à La Réunion et son appel téléphonique à son médecin traitant, il est resté chez lui avec son épouse. Le couple n'a fréquenté personne depuis son retour de vacances. "Cette personne a été placée en service de pneumologie. Elle ne présente aucun signe de détresse respiratoire et son pronostic vital n'est pas engagé. La compagne de cet homme est restée chez elle et ne présente pas pour l'instant de symptômes" a expliqué en direct sur Réunion La 1ère, Martine Ladoucette, la directrice régionale de l'ARS. 

Le préfet Jacques Billant et Martine Ladoucette, la directrice de l'ARS, l'Agence Régionale de Santé font le point en direct: 


La Réunion reste au stade 1

La Réunion est toujours en stade 1 de gestion de l’épidémie de Coronavirus-covid 19. "L’évolution vers le stade 2 n’est pas envisagée pour l’heure," confirme la préfecture. 

Ce matin, le préfet Jacques Billant a tenu une conférence de presse durant laquelle il estimait alors que l'épidémie était "inévitable", et que "la question n'était pas de savoir si le virus allait toucher La Réunion, mais quand". "Nous sommes engagés pour freiner l'introduction du virus à La Réunion, nous sommes prêts à assurer la gestion du niveau 2 et nous anticipons sans attendre la préparation des mesures à mettre en œuvre si nous devions passer au stade 3", assurait Jacques Billant. "Nous devons faire preuve de sang-froid et de vigilance", expliquait le préfet qui refuse toutefois de donner le nombre de dépistages effectués du Covid-19 dans l'île.

2 000 appels par jour au SAMU

Selon les autorités, le retour des vacances scolaires sera "un facteur de risque à prendre en compte". En cas de symptômes, le préfet rappelle qu'il faut "contacter le SAMU, le centre 15, rester chez soi, ne pas se rendre aux urgences de l'hôpital ou dans la salle d'attente de son médecin traitant".

Le SAMU a multiplié ses effectifs pour répondre aux nombreuses sollicitations. "Le 15 reçoit en moyenne 2 000 appels par jour actuellement, affirme le docteur Guy Henrion, du SAMU. Il faut prioriser entre les cas les plus graves, il n'y a pas que le coronavirus". Le docteur Guy Henrion assure que ses "services sont prêts".

Des points de lavage de mains dans les bureaux de vote

A quatre jours de la tenue du premier tour des élections municipales, le préfet a annoncé que deux points de lavage de mains seront mis en place dans les bureaux de vote, à l'entrée et la sortie. "Si certains lieux ne possèdent pas de point de lavage des mains, des gels hydro alcoolique devront être mis à la disposition des électeurs dans les bureaux de vote", ajoute Jacques Billant qui en a fait la demande aux maires des 24 communes de La Réunion. Le préfet a aussi demandé aux maires "de réorganiser les bureaux de vote de manière à limiter la promiscuité prolongée". "Nous insistons sur l'importance des gestes barrières, ils sont le meilleur rempart contre ce virus respiratoire, a ajouté le préfet. Il faut éviter les contacts, éviter les poignées de mains, se laver les mains régulièrement et éternuer dans son coude".

Interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes

Le préfet de La Réunion a rappelé l'interdiction depuis mardi 10 mars, des rassemblements de plus de 1 000 personnes, suite à la publication de l'arrêté ministériel. Selon Jacques Billant, il s'agit "d'une mesure barrière pour prendre un temps d'avance pour ne pas subir l'apparition subite d'un cluster d'importance". En revanche, cette mesure ne s'applique pas aux marchés forains qui sont organisés en plusieurs espaces et stands séparés. Pour les événements sportifs, la zone de départ et la zone d'arrivée seront pris en considération pour jauger le nombre de participants.

Des renforts dans les hôpitaux

Lors de cette conférence de presse, la directrice de l'Agence Régionale de Santé, Martine Ladoucette, a rappelé que "le délai d'incubation de la maladie était de zéro à douze jours", et que "85% des personnes atteintes ont développé des formes bégnines de la maladie".

La directrice de l'ARS affirme financer des renforts de personnels médicaux et paramédicaux. "Un renfort médical est mis en place pour la médecine de ville, affirme Martine Ladoucette. Un autre renfort est en place au niveau des urgences hospitalières au CHU pour accueillir les personnes qui se feront dépister". Quinze personnes pourront être ainsi accueillies en simultané pour se faire tester au Covid-19 et attendre leurs résultats.

L'ARS annonce que les premiers lits mobilisés pour les personnes contaminées se trouveront au CHU Nord, mais en cas de besoins supplémentaires, des patients contaminés pourront être hospitalisés au GHER et à la clinique Sainte-Clotilde. Enfin, l'ARS affirme qu'elle va pouvoir augmenter d'un quart la capacité d'accueil dans les services de réanimation adulte et pédiatrique. La plupart des prises en charge des malades sera faite au domicile des patients en lien avec la médecine de ville.

Enfin, la préfecture a précisé que le numéro vert départemental n'était plus d'actualité car le numéro national est disponible 24h/24h avec des professionnels formés à répondre aux questions.