Près de 3 millions de masques et une machine de fabrication réceptionnés ce lundi

coronavirus
coronavirus donation masques chine avion air austral 240520
©Réunion la 1ère
Des masques donnés par la Chine et d’autres commandés par La Région sont arrivés en nombre à La Réunion. Un stock précieux pour relancer l’économie locale en permettant aux entreprises de reprendre leur activité en toute sécurité. Une machine pour en fabriquer a aussi été réceptionnée.
Près 350 000 masques ont été réceptionnés ce lundi 25 mai à l’aéroport Roland Garros par le président de Région, Didier Robert, et le Consul de Chine, Zhihong Cheng.

Partis hier, dimanche 24 mai, de Tianjin et arrivés le soir même dans l’île, ils sont le fruit d’une donation chinoise au titre de la solidarité. Début février, La Réunion envoyait masques et matériel à la ville grâce au jumelage de la ville avec la Région Réunion. Cette fois, toutes les villes chinoises jumelées avec des villes réunionnaises ont apporté leur contribution.
  

2,6 millions de masques pour relancer l’économie locale

Le vol Air Austral affrété pour l’occasion transportait également à son bord une commande de la Région de 2,6 millions de masques, destinée à relancer l’économie locale. Ainsi, 700 000 masques permettront d’accompagner les entreprises du BTP, les acteurs du tourisme et les artisans. La FRBTP a également récupéré 400 000 masques, commandés pour le compte de ses adhérents.

150 000 masques iront aux taxis et ambulanciers. 800 000 masques FFP2  seront réservés aux personnels de santé, plus particulièrement aux infirmiers libéraux quelques peu oubliés dans cette crise. Un stock de 400 000 masques servira enfin à assurer l’ouverture des lycées, prévue autour du 2 juin. Une machine de fabrication de masques, commandé par un entrepreneur local, faisait également partie de la cargaison.
 
 

Combler le manque de masques à La Réunion

Le président du groupe de santé Les Flamboyants, le Dr Gérard d’Abbadie, est l’acquéreur de cette première machine de fabrication de masques chirurgicaux. Il est indispensable, selon lui, d’être autonome en matière de masques.
 

" On a fait l’expérience du Covid à La Réunion et des aléas qu’on a pu avoir avec l’arrivée des masques, et la possibilité donc de se protéger pour les personnels de santé mais aussi les patients fragiles. On s’est dit qu’il fallait à tout prix faire quelque chose pour avoir une certaine autonomie et ne pas dépendre de la pression mondiale qu’on a actuellement sur la fabrication des masques ", explique Gérard d’Abbadie.

 

Priorité aux soignants et aux personnes vulnérables

La machine arrivée à La Réunion hier soir, dimanche 24 mai, peut fabriquer un million de masques chirurgicaux par semaine en moyenne. Ils sont destinés à répondre en priorité aux problèmes d’approvisionnement et aux besoins des personnels de santé. En termes de qualité de fabrication, la filtration des masques a été optimisée pour pouvoir être dans les normes nécessaires du personnel de santé.

La crise du coronavirus a fortement impacté les personnels soignants. Des personnels angoissés par la situation et avec eux les patients, certains refusant de les voir craignant qu’ils soient porteurs du virus. Des patients qui ont pu parfois s’éloigner du système de santé et ainsi ne pas se faire soigner, constate le docteur.

 

D’autres machines arrivent

Quatre autres machines doivent arriver dans l’île d’ici la fin du mois de mai ou le début du mois de juin. Des machines  permettant la fabrication de masques chirurgicaux et FFP2 acheminées par bateau cette fois. A terme, l’île sera en mesure de fournir les professionnels de santé, les collectivités, les établissements scolaires et même les particuliers.

Reste la question des matières premières, un premier arrivage est prévu d’ici une quinzaine de jours par avion permettant ainsi de démarrer la production. Le reste arrivera par bateau.