réunion
info locale

Le PS de La Réunion soutient la manifestation du 17 novembre

consommation
Fédération du Parti socialiste de La Réunion.
Fédération du Parti socialiste de La Réunion. ©Willy Fontaine
Le Parti socialiste de La Réunion fait savoir ce mardi 13 novembre qu’il soutient la manifestation du samedi 17 novembre. Le PS local dénonce le coût de la vie et la responsabilité de l’Etat et de la Région dans la hausse "vertigineuse" des prix des carburants.
Le Parti socialiste de La Réunion a tenu une conférence de presse, ce mardi 13 novembre. Le président de la Fédération, Philippe Naillet fait savoir que le PS local apporte son soutien à la manifestation du 17 novembre prochain. Comme partout en France, des collectifs appellent à une manifestation d’ampleur ce samedi à La Réunion pour protester contre le gouvernement et dénoncer la hausse des prix des carburants.
 
Fédération du Parti socialiste de La Réunion.
Fédération du Parti socialiste de La Réunion. ©Willy Fontaine

Dans l'île, le parti socialiste décide de soutenir cette grogne populaire. "Je serai dans tous rassemblements pacifiques", a précisé Philippe Naillet. Le PS local dénonce l'augmentation des prix du gazole et du sans plomb. Il pointe du doigt le gouvernement qui, selon lui, "étrangle une population qui a déjà du mal à respirer".

Regardez l'interview réalisé par Indranie Petiaye et Willy Fontaine :
©reunion
 

Etat et région

Le PS local estime que la région Réunion est aussi responsable de "cette fiscalité sur les carburants avec la taxe spéciale et l’octroi de mer". Il affirme que les hausses de prix vont se poursuivre jusqu’en 2025.

Le président de la Fédération, Philippe Naillet regrette l'absence d'un réseau régional de transport qui pallie l’utilisation de la voiture. "Pourquoi avoir enterré le tram train et lancé l'idée "saugrenue" des 2000 bus?", s'interroge le président de la Fédération. Selon lui, "c'est la région, avec la complicité de l'Etat, qui porte l'estocade au pouvoir d'achat des Reunionnais". "La politique du gouvernement est axé vers les plus riches", déplore Philippe Naillet.
 
Publicité