Quelle prise en charge pour les patients de l’unité Covid-19 du CHU de Saint-Denis ?

coronavirus
Unité COVID
©Alexandra Pech
Alors que le nombre de cas de coronavirus continue d’augmenter à La Réunion, le nombre de patients hospitalisés est aussi en hausse. Pour la première fois, Réunion La 1ère a pu entrer dans l’unité Covid-19 du CHU Nord. Reportage.
Comment se déroule la prise en charge des patients à l’unité Covid du Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Denis ? Avec une centaine de nouveaux cas de coronavirus confirmés chaque jour, La Réunion est en zone rouge et le virus circule activement dans le département. Le service pneumologie du CHU a été transformé en service "Covid-19". Depuis l’apparition du premier cas dans l’île en mars dernier, le nombre de malades hospitalisés dans ce service augmente.

Regardez les précisions de Réunion La 1ère :
©reunion
 

Plus d’hospitalisations

"Nous avons plus de patients que les mois précédents, explique Virgile Gazaille, chef du service pneumologie au CHU de Bellepierre. Depuis le 15 août, nous avons eu une première poussée du nombre d’hospitalisations qui s’est stabilisé. Nous avons désormais des rotations entre les patients qui sortent et ceux qui entrent". "L’activité est soutenue, mais nous ne sommes pas en sur régime", assure le chef du service pneumologie au CHU de Bellepierre.
 

Des patients à l’isolement

A ce jour, seize patients sont hospitalisés dans ce service où vingt lits sont disponibles. Protégés de la tête aux pieds par des blouses, gants et masques, les médecins, infirmiers et aides-soignants de ce service apportent chaque jour les soins nécessaires à ces patients placés à l’isolement.

"Ça fait six mois que nous sommes dedans, raconte Anaïs Pomathios, infirmière au service pneumologie au CHU de Bellepierre. Nous avons eu très peur, par notre travail, de contaminer à l’extérieur. Personnellement, je n’ai pas vu les gens autour de moi, j’ai gardé une certaine distance".

Dans ce service, les lits se libèrent lorsque les patients sont guéris. Avant de quitter l’hôpital, ils doivent encore subir de nombreux examens, comme un test de souffle. "Nous allons faire un test pour évaluer le système respiratoire, explique Nadine Lang-Tung, infirmière au service pneumologie au CHU de Bellepierre. Nous regardons ainsi l’évolution de la maladie car souvent il y a des atteintes pulmonaires".
 

Les lits de réanimation

En revanche, lorsque l’état de santé de ces patients se dégrade, ils sont transformés en service de réanimation. Actuellement, 59 personnes atteintes du Covid-19 sont toujours hospitalisées à La Réunion. Parmi ces patients, onze sont en service de réanimation. Le département a une capacité de 78 lits de réanimation, et cette capacité a été augmentée à 85 lits.
 

Le directeur général du CHU de La Réunion, Lionel Calenge assure que des "capacités supplémentaires ont été déployées en médecine et en réanimation", sur les sites Nord et Sud de l’île, et "qu’hôpitaux publics et cliniques privées travaillent en collaboration".

Depuis une dizaine de jours, le nombre d’hospitalisations en médecine est resté stable, mais en service de réanimation, la situation peut évoluer rapidement. Début septembre, 19 patients y étaient hospitalisés, ils sont onze actuellement. Le CHU de La Réunion a demandé la mobilisation de la réserve sanitaire pour faire face à un éventuel un pic épidémique attendu pour décembre. Avec du personnel supplémentaire, le département pourrait passer à 103 lits. Le docteur Jérôme Lemant, chef de pôle des urgences et réanimation au CHU Sud, estime que "si plus d’une centaine de patients sont en réanimation, il faudra songer à des évacuations sanitaires vers la métropole".