Rentrée étudiante sous le signe de la précarité, l’Unef demande un plan Marshall pour les étudiants

éducation
Crous Université de La Réunion
Université de La Réunion. ©IPR
Frais d’inscription, de logement, d’équipement ou de transports sont en hausse. Les étudiants basculent de plus en plus dans la précarité. L’Unef Réunion dénonce des mesures gouvernementales inefficaces et demande un plan Marshall pour les étudiants.

Au niveau national, le coût de la vie a augmenté de 6,5% pour les étudiants. Le syndicat Unef Réunion a mené une consultation au niveau local, auprès de 1 000 inscrits à l’Université. Le constat est clair : la précarité ne cesse d’augmenter.

Le coût de la vie est 13% plus cher à La Réunion que dans l’Hexagone pour les boursiers, et de 6% de plus pour les non-boursiers.

460 euros de plus pour s'alimenter cette année

Dans le département, les frais sont de 285 euros en moyenne pour un étudiant boursier logeant chez ses parents et de 776 euros pour un non-boursier. Ces frais peuvent monter à 3 000 euros pour un étudiant non-boursier qui doit payer lui-même un logement privé.

Si l’on compare avec l’année dernière, un étudiant devra dépenser 460 euros de plus pour s’alimenter. C’est le cas de Coralie, inscrite en 1ère année d’Histoire, qui est obligée de compter sur les bons solidaires.

Regarder le reportage de Réunion la 1ère :

Vie étudiante : des frais de plus en plus élevés

Selon le syndicat étudiant, près de 60% des étudiants réunionnais affirment qu’ils ne pourraient pas s’en sortir sans l’aide de leurs parents, en particulier pour se nourrir et se loger.

Des mesures gouvernementales inefficaces

Fin du repas à 1 euro deux fois par jour pour les étudiants boursiers et augmentation des frais d’inscription, gelés depuis 2 ans, pour les étudiants non-boursiers, " c’est une rentrée qui est violente pour les étudiants " déplore Rudrigue Sautron, le président de l’Unef Réunion.

Le syndicat étudiant dénonce l’absence d’efficacité des mesures gouvernementales.

On s’attaque à l’alimentation des étudiants, on s’attaque à leur pouvoir d’achat et on ne propose pas de réelles solutions. La prime de rentrée ou les 4% d’augmentation de la bourse ne sont clairement pas suffisants. C’est des mesurettes, du saupoudrage alors que la précarité persiste.

Rudrigue Sautron, président de l’Unef Réunion

L’Unef veut un plan Marshall pour les étudiants

Pour Rudrigue Sautron, les étudiants restent touchés de plein fouet par la précarité. L’Unef demande un plan Marshall pour les étudiants, avec le retour du repas à 1 euro pour tous, y compris les non-boursiers " qui sont les grands oubliés de cette rentrée ".

Le syndicat souhaite aussi une allocation d’autonomie pour tous et un complément de bourse de 100 euros par mois par étudiant boursier ultramarin. Le manque de logements étudiants est également pointé du doigt, aucun n’a été construit pour cette rentrée.

Regarder le reportage de Réunion la 1ère :

Rentrée universitaire : des étudiants dépendants de leurs parents