Consommation: les restrictions d'eau à Bras-Panon et Saint-André sont désormais levées

eau potable
robinet eau
©pixabay

Un incident avait affecté plusieurs réservoirs dans l'Est de l'île et depuis le 14 janvier, des restrictions d'eau avaient ainsi été imposées aux Panonnais et Saint-Andréens. Elles sont désormais levées.

Depuis jeudi dernier, les habitants de Bras-Panon et de Saint-André faisaient face à des restrictions d'eau. En cause, un incident en amont d’un captage, qui avait pollué en huile plusieurs réservoirs qui alimentent les deux communes. L'arrêté préfectoral signé aujourd'hui met fin à ces restrictions, la consommation d'eau est de nouveau possible.

De l'eau impropre à la consommation

A l'origine de cette pollution : de l'huile provenant d'une vanne s'est retrouvée dans le circuit d'eau potable. La centrale électrique concernée est sous la responsabilité de la SPL Horizon du Conseil Régional.

En attendant les analyses menées par l'ARS, il avait été demandé aux Panonnais de ne pas consommer l'eau du robinet, jusqu’au retour à la normale.

Ils ne pouvaient donc compter que sur deux citernes mises en service par la mairie pour se ravitailler. Une eau qui n'est pas potable non plus et destinée uniquement à des usages non-alimentaires. Une situation complexe pour les populations les plus précaires et un casse-tête pour les collectivités.

Ce vendredi après-midi, la CIREST, les maires de Saint-André, Saint-Benoît et de Bras-Panon ainsi que la CISE Réunion ont annoncé la levée de ces restrictions.

On est passé près d'un report de la rentrée scolaire

Patrice Selly, Président de la CIREST et maire de Saint-Benoît

 

La CIREST, la ville de Saint-André et CISE Réunion annoncent la levée de restrictions à l'usage de l'eau.
©Hermione Razafinarivo

 

(Re)voir le reportage d'Hermione Razafinarivo et Willy Thévenin :

Pollution eau cirest


Si on peut de nouveau boire de l'eau du robinet dans les deux communes, la facture risque d'être salée. Les assurances vont être sollicitées, pour ces collectivités, la question qui se pose désormais est celle de la responsabilité de cette polution. Au moins pour éviter que cela ne se reproduise.