Run market : les syndicats veulent sauver les 750 emplois à La Réunion

consommation
Run Market
Run Market à La Réunion. ©Imaz Press
Une intersyndicale a rencontré ce vendredi le préfet de La Réunion pour que des solutions soient trouvées afin de sauver les emplois des 750 salariés de Run market. Les syndicats souhaitent aussi s’entretenir avec la direction quant à l'avenir de l’enseigne.

L’inquiétude ne cesse de grandir chez les salariés depuis l’annonce, le 24 août dernier, de la situation alarmante de Run market par l’OPMR. 750 emplois directs sont menacés.

Les employés sont sous pression, pour certains déprimés, selon le syndicat CFDT, qui sollicite d’ailleurs la médecine du travail pour mettre en place une cellule psychologique afin d’accompagner ces employés.

Une intersyndicale rencontre le préfet de La Réunion

Ce vendredi 2 septembre au matin, l’intersyndicale a rencontré le préfet de La Réunion. Jérôme Filippini leur a garanti que le sauvetage de Run market est une de ses plus grandes priorités, afin de préserver le modèle économique de La Réunion.

Le reportage de Réunion La 1ère :

Run Market : les syndicats se mobilisent afin de sauver les 750 emplois

Les représentants des employés font appel aussi au Département, à la Région et aux députés pour éviter des licenciements économiques de masse.

Une conciliation confidentielle signée entre les partenaires financiers  du groupe

Les premières conclusions du pré-rapport de l’Observatoire des Prix, des Marges et des Revenus de La Réunion révèlent une concurrence féroce et frontale avec Carrefour du groupe Hayot et Leclerc, qui semblent former un duopole

Un pré-rapport pour lequel, Run market souligne que le consultant de l'OPMR " n'a pas pu avoir accès aux informations sur la conciliation signée entre les partenaires financiers du groupe, par nature confidentielle, et permettant d'apprécier les perspectives de relance de l'activité ".

Conformément à l'accord de conciliation homologué en juin 2022, Run market a lancé une "revue stratégique dont les résultats sont attendus pour le mois de novembre.

Aujourd’hui, le groupe Make Distribution est endetté à hauteur de 80 millions d’euros, c’est 25% de chiffre d’affaires en moins. Un déficit conséquent, mais les syndicalistes ne comptent pas baisser les bras.

Les syndicats souhaitent dialoguer avec la direction

Hier, jeudi 1er septembre, ils ont été reçus par le comité stratégique chargé de relancer Run market, mais cela n’a rien donné. Il y a quelques heures, ils ont demandé à leur direction une réunion d’urgence pour discuter de l’avenir de l’enseigne.

Pour l’instant, impossible de dire si le groupe Make Distribution va fermer, ou non, ses quatre magasins dans l’île, dans les prochaines semaines ou les prochains mois.