Avec le cyclone Emnati, l'érosion est bien visible sur le littoral de Champ-Borne à Saint-André

cyclones saint-andré
Avec le cylcone Emnati, l'érosion est bien visible sur le littoral de Saint-André.
Avec le cylcone Emnati, l'érosion est bien visible sur le littoral de Saint-André. ©Réunion La 1ère
A Saint-André, le littoral de Champ-Borne est l'un des endroits de La Réunion où la montée des eaux et le phénomène d'érosion sont le plus facilement observables. Après le passage du cyclone Emnati, le littoral est encore davantage fragilisé.

Après chaque épisode de houle, Yoland Caniaman va se rendre compte des dégâts provoqués par les vagues sur le littoral de Champ-Borne, à Saint-André.  

L'avancée de la mer  

"Entre la semaine dernière et cette semaine, on a perdu au moins deux mètres de terre, je le vois par rapport à cet arbre", assure Yoland Caniaman.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Le passage d'Emnati a encore fragilisé le littoral de Champ-Borne à Saint-André. C'est l'un des endroits de La Réunion où la montée des eaux et le phénomène d'érosion sont les plus visibles.

Cette côte, il l'a surveille de près. Yoland est responsable du restaurant le "Beau Rivage" qui possède une vue imprenable sur la mer, mais aussi sur le réchauffement climatique.  

"Tous les jours, on voit la mer avancée au fur et à mesure, explique Jacqueline Araye, serveuse au restaurant. La terre s'effondre et on voit le changement".

Des fissures dans la terre

Le littoral de Champ-Borne reste un des endroits de La Réunion où la montée des eaux est le plus facilement observable. Christian s'y promène chaque jour ou presque. "Ça va être dangereux si ça continue comme ça, remarque-t-il. La terre est encore tombée là-bas".

Le cyclone Emnati s'est éloigné en laissant des indices de ce qu'il pourrait se passer ensuite. Au sol, une immense fissure est bien visible dans la terre. La ligne de côte sera à nouveau brisée prochainement.

Le cyclone Colina en 1993

En 1993, cette avancée de la mer avait été dévastatrice avec le cyclone Colina. "Nous étions en alerte rouge, le restaurant était fermé et en arrivant le lendemain matin, la mer était entrée dans le restaurant", raconte Yoland Caniaman.

Depuis, la zone a été recomblée au fil des ans sur plusieurs centaines de mètres avec des déblais du BTP. Des solutions provisoires qui permettent au littoral de résister à la houle.