Jean-Marie Virapoullé veut faire annnuler l’élection de Joe Bédier

politique saint-andré
Joé Bédier
©Harry Amourani
Jean-Marie Virapoullé estime que l’élection de Joé Bédier lors de son premier conseil municipal, le 4 juillet dernier, n’est pas valide en raison notamment du non-respect du vote à bulletin secret. "Mauvais perdant", réagit Joé Bédier...
La nouvelle majorité municipale de Saint-André va-t-elle devoir organiser un nouveau conseil municipal pour installer officiellement Joé Bédier en tant que maire ? C’est en tout cas ce que réclame Jean-Marie Virapoullé et le groupe de l’opposition.

Dans un communiqué envoyé ce matin, le candidat malheureux de ces Municipales demande au préfet d’annuler, au motif d'un certain nombre d'irrégularités, l’élection du maire et de ses adjoints qui ont été installés dans leurs fonctions le 4 juillet. Un recours a également été lancé auprès du tribunal administratif.
 

Le reportage de Réunion La 1ère

©reunion

La réponse de Joe Bédier est tombée cet après-midi et celle-ci est des plus cinglantes. "Visiblement, les Virapoullé père et fils, n’acceptent pas d’être dépossédés de ce qu’ils considèrent comme un bien familial", réagit le nouveau maire.

"C’est son droit de déposer un recours, poursuit Joe Bédier. Mais en même temps, il veut déconsidérer cette élection qu’on a obtenu démocratiquement. Dois-je rappeler que ce sont ses propres services qui ont organisé ce scrutin ?

Et le premier magistrat de rappeler que les Virapoullé étaient absents lors de ce premier conseil municipal. "Celui qui parle aujourd’hui, pour ne pas citer le fils aigri -le mauvais perdant-, a brillé par son absence. Moi je trouve que c’est petit. Il faut respecter la volonté des électeurs", tacle-t-il encore.

Joé Bédier voit à travers ce recours un geste d'humeur après "le coup de force raté" de ses adversaires politiques au conseil communautaire de la Cirest. Le maire de Saint-André a en effet pu obtenir, au terme d'intenses négociations, de succéder au maire bénédictin Patrice Selly à la présidence de l'intercommunalité pour les trois dernières années de mandature.
 

"Non respect de la parité"


Comment Jean-Marie Virapoullé justifie son recours dans le détail ? Il explique que "lors de cette séance la majorité municipale n’a pas respecté les conditions de  vote au scrutin secret pour l’élection du maire. L’ensemble des élus présents ont dû prendre le seul bulletin sur la table, celui de M. Joé Bédier et le  mettre dans l’enveloppe devant la secrétaire Mme Primilla Cevamy, les deux  assesseurs Mme Sabrina Dijoux, M. Laurent Ramassamy et le président de séance M. Péquin".

Le fils de l'ancien maire de Saint-André le démontre en utilisant comme "pièce à conviction" le direct vidéo de la séance du conseil municipal diffusée sur la page Facebook de la ville. Il a également fait appel à un huissier de justice pour constater cette "preuve incontestable de cette violation manifeste de la loi".

Jean-Marie Virapoullé défend que le principe du vote au scrutin secret n’a pas non plus été respecté pour l’élection des adjoints de Joé Bédier. "D’autre part, les règles de la parité ont été violées. En effet, la loi stipule  que concernant les adjoints «La liste est composée alternativement d’un candidat de chaque sexe» . Hors dans le cas d’espèce le nouveau conseil municipal compte treize adjoint(e)s au maire qui ne respectent cette règle de l’alternance". Il donne l’exemple des deux élues Alexa Soupou et Stéphanie Poïny-Toplan, respectivement élue sixième et septième adjointe.

"De même, la règle de l’alternance n’est pas respectée pour la neuvième et la dixième adjointes qui sont respectivement Mme Catherine Anne Payet et Mme Jimmye Coupou", poursuit le chef de file de l'opposition dans son communiqué.

"Le premier acte officiel de Joé Bédier et de sa majorité municipale qui est un moment solennel celui de l’élection du maire et de ses adjoints est manifestement contraire à la loi", rebondit l’ancien maire. "Celui qui va gérer les destinées de la commune pendant six ans commence très mal son mandat municipal. Il se comporte en petit dictateur en occultant délibérément le principe démocratique fondamental,  celui du scrutin secret qui garantit la liberté du vote et de choix de chacun".

Aux yeux de Jean-Marie Virapoullé, ces présumées irrégularités seraient révélatrices de "l’existence de dissensions naissantes" au sein de la majorité de Joé Bédier. Lors de l’intronisation du nouveau maire, il n’avait cependant aucunement fait état de ces problèmes allégués de procédure.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live