Les bourreaux présumés de la petite Elianna attendus aux Assises le 3 mai

justice saint-andré
elianna
©Réunion la 1ère

La mère et le ti père d’Elianna seront jugés le lundi 3 mai prochain devant la cour d’assises pour les maltraitances ayant conduit au décès de la fillette de 2 ans, en 2018, à Saint-André.

C’est une douleur encore très vive pour la famille de la petite Elianna. Le lundi 3 mai prochain, la mère et le ti père de cette fillette de deux ans seront jugés devant la cour d’assises de Saint-Denis pour des faits de "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur mineure de moins de 15 ans par personne ayant autorité".

Le 28 mars 2018, l’enfant avait été retrouvée sans vie dans sa chambre sur fond de soupçons de maltraitances. Depuis le début de l’enquête, le couple mis en cause n’a eu de cesse de se rejeter la faute s’agissant du calvaire subi par la petite victime. Les deux se trouvent actuellement en détention provisoire dans l'attente de leur procès.

Regardez ce reportage de Réunion La 1ère :

L'avocat du ti père va plaider l'acquittement...

Mais c’est sur Cédric Babas, ti père, que les soupçons se concentrent. Pour Me Fabian Gorce, celui-ci doit être acquitté à l’issue de ce procès.

"La seul certitude que j’ai aujourd’hui, c’est que le ti père est innocent. Pour le reste, je n’ai aucune certitude", défend l’avocat de la défense. "Cédric Babas était en couple avec la maman depuis seulement un mois, avant les faits. Il est accusé là à tort. Il s’est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment".

Me Fabian Gorce était interrogé ce mercredi 28 avril par Réunion La 1ère :

Affaire Eliana : l'avocat du ti-père vise l'acquittement

...malgré un lourd passé judiciaire

Reste que le casier de l’accusé parle contre lui. Il est en effet déjà connu de la justice pour des faits de violences conjugales, mais aussi contre son propre fils, alors que celui-ci n’avait pas encore atteint l’âge de deux ans. Il a également déjà été condamné pour des faits de maltraitance sur la fillette d’une précédente compagne…

Ce qui est certain, c’est que le décès d’Elianna est bien consécutif à l’intervention d’un tiers : le rapport du médecin légiste fait notamment état d’un traumatisme crânien et de lésions graves au foie et au rein droit suite à la fracture de ses côtes...

Manifestation des proches d'Elianna et de l'association EPA devant le tribunal de Saint-Denis
Manifestation des proches d'Elianna et de l'association EPA devant le tribunal de Saint-Denis ©Indranie Pétiaye

Un drame qui aurait pu être évité ?

Des détails qui font froid dans le dos. Ce procès sera forcément une nouvelle épreuve pour le reste de la famille de l’enfant, à commencer par la grand-mère. Pour ces proches, le drame aurait pu être évité, puisque les services sociaux, notamment, avaient déjà été alertés de la situation plus que problématique au sein de ce foyer.

Un volet qui sera forcément évoqué au cours du procès de lundi prochain. Un collectif d’associations portant le nom de la petite victime s’est constitué partie civile à la suite du drame. Et celui-ci travaille à ce qu'il y ait une meilleure coordination entre les différents acteurs de la lutte contre les violences intrafamiliales.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Procès Eliana, les attentes du collectif

Verdict mercredi prochain

Si Cédric Babas est représenté par Me Fabian Force, Pascaline Guilgori sera quant à elle représentée par Me Sébastien Navarro, et les parties civiles par Mes Georges-André Hoarau, Alex Vardin. Les membres du collectif Elianna seront également présents pour suivre le procès. Le verdict devrait être connu le mercredi 5 mai, dans le courant de la journée.