De nouvelles violences urbaines, ce mercredi soir, à Saint-Benoît

faits divers saint-benoît
violences urbaines, heurts entre jeunes et forces de l'ordre
(Photo d'illustration). ©Imaz Press
En début de soirée, ce mercredi 3 novembre, une quarantaine de jeunes sont allés caillasser un immeuble de la Cité Labourdonnais, à Saint-Benoît. Les gendarmes sont intervenus, une interpellation a eu lieu. Le maire, Patrice Selly, appelle au calme.

De nouvelles violences urbaines ont éclaté à Saint-Benoît, ce mercredi 3 novembre. En fin de journée, une quarantaine de jeunes sont allés caillasser un immeuble de la Cité Labourdonnais.

Les gendarmes sont intervenus pour ramener le calme dans le quartier. L'hélicoptère de la gendarmerie a aussi été mobilisé dans le secteur à la tombée de la nuit.

Des jeunes interpellés

Selon nos informations, une interpellation a eu lieu. Ce soir, le maire de Saint-Benoît, Patrice Selly, dénonce ces nouvelles violences dans sa commune.

Le week-end dernier déjà, lors de la nuit d’Halloween, des heurts avaient éclaté entre des groupes de jeunes et les forces de l’ordre dans le quartier de Bras Fusil.

La réaction du maire de Saint-Benoît

Dans une vidéo publiée sur Facebook, Patrice Selly s’adresse "à ceux qui pensent pouvoir marcher sur Saint-Benoît et sa population, ces groupes de jeunes mineurs, le plus souvent, qui errent dans les rues en fin de journée ou la nuit, et ne sont pas contrôlés par leur parents".

"Je dis stop et j’appelle chacun au calme", poursuit le maire qui demande l’aide de l’Etat et la justice "pour empêcher les nuisances causées par une minorité de jeunes".

Regardez sa déclaration ici :

 

"Les parents devront assumer"

Patrice Selly demande "plus de moyens, plus de patrouilles, il faut des interpellations et des condamnations". "Les parents de ces jeunes délinquants devront eux aussi assumer leurs responsabilités", prévient le maire qui rappelle que des "caméras de surveillances seront déployées dans le centre-ville prochainement, mais aussi dans d’autres secteurs".

"Plus il y aura de provocations, plus il y aura chez nous de la détermination", conclut Patrice Selly.