La désolation pour les pêcheurs de bichiques suite à la crue de la Rivière des Marsouins

pêche saint-benoît
La désolation pour les pêcheurs de bichiques après la crue de la Rivière des Marsouins
La désolation pour les pêcheurs de bichiques après la crue de la Rivière des Marsouins, mercredi 13 janvier. ©Géraldine Blandin

Dans l’Est, la rivière des Marsouins est en crue, ce mercredi 13 janvier, après les fortes précipitations. Un spectacle de désolation pour les pêcheurs de bichiques. Leurs installations et leurs matériels ont été détruits par la montée des eaux.

L’heure est à la désolation pour une quinzaine de pêcheurs de bichiques à Saint-Benoît. Ce mercredi matin, ils ont pu récupérer seulement quelques casiers. Les pluies occasionnées par le passage de la dépression Danilo ont tout emporté sur leurs passages.

"Nous avons récupéré ces quelques casiers dans la mer, mais ils sont fichus, explique Sapot, pêcheur de bichiques. On va devoir tout recommencer à zéro". Les eaux ont emporté la plupart des casiers.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

La désolation des pêcheurs de bichiques

 

La rivière toujours en crue

Comme d’autres rivières de l’Est de l’île, la rivière des Marsouins est toujours en crue ce mercredi 13 janvier. Ces dernières 24 heures, 180 mm d’eau sont tombés dans les Hauts de Saint-Benoît. Ces pluies sont un nouveau coup dur pour la quinzaine de pécheurs de bichiques installés de ce côté de la rivière.

Destruction des canaux

"Nous avons travaillé pendant un an, et voici le résultat, déplore Adrien, pêcheur de bichiques. On a vu l’eau monter et monter et voilà le résultat". Adrien pointe du doigt tous les canaux qui ont été détruits par la montée des eaux. Les pêcheurs vont devoir tout reconstruire pour pouvoir reprendre leur activité.

"Perdre du matériel, perdre du temps, c’est dur", ajoute l’un des pêcheurs. Après une année difficile, les mois à venir le seront tout autant pour ces professionnels qui devront attendre la décrue pour reconstruire leurs canaux et espérer reprendre une activité.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live