Incendie mortel à Montgaillard : les travaux de sécurisation de la Résidence Marina ont débuté

incendies saint-denis
Des ouvriers sécurisent l'accès au bâtiment B, le plus impacté par l'incendie
©Hermione Razafinarivo
Les travaux de sécurisation de l’immeuble Marina à Montgaillard ont commencé mercredi. Les locataires pourront bientôt récupérer leurs effets personnels. Leur relogement définitif est à l’étude, les familles seront contactées pour cela.

Près d’un mois après l’incendie meurtrier de la Résidence Marina à Montgaillard, les travaux de sécurisation débutent. Une société de terrassement s’emploie, depuis mercredi 5 janvier, à déblayer les décombres des appartements calcinés.

Les familles pourront bientôt récupérer leurs effets personnels

Envisagée dans un premier temps, l’extraction des tôles au moyen d’un hélicoptère a été abandonnée, finalement les opérations se feront au sol. Dès la semaine prochaine, certains locataires pourront même revenir sur site pour récupérer ce qu’ils peuvent.

Seuls les locataires des appartements les moins exposés au sinistre sont en revanche concernés. Les familles seront conduites individuellement et encadrées par des agents de la SIDR, l’idée étant de reprendre possession des effets personnels en toute sécurité.

Deux semaines de travaux pour commencer

Le bailleur social a sollicité des experts en maîtrise des risques et des spécialistes du patrimoine pour définir le déroulé des travaux. La première phase a débuté mercredi 5 janvier avec une priorité donnée à la dépose des tôles des coursives du bâtiment B, potentiellement soumise aux aléas du vent en cette période cyclonique.

Les tôles sont découpées et extraites par le sol, puisque la demande d’enlèvement par les airs a été rejetée par l’aviation civile. Des travaux de déblai et de nettoyage du site sont également prévus durant cette période. Ils concernent les débris générés par l’incendie, ainsi que les réfrigérateurs et congélateurs contenant des denrées périssables pouvant occasionner notamment des odeurs désagréables.

Les derniers véhicules encore présents seront évacués des sous-sols. Les accès souterrains seront ensuite définitivement condamnés.

Un relogement pérenne des familles à l’étude

Ces opérations doivent durer au moins 10 jours, mais des expertises complémentaires seront programmées pour valider le mode d’enlèvement des derniers déblais. L’accès au site reste strictement interdit au public. Il est surveillé 24h/24 par une société de gardiennage afin de décourager d’éventuels curieux.

Si tous les locataires bénéficient d’une solution de relogement, chaque famille fera l’objet d’une attention particulière, assure la SIDR. Elles seront personnellement contactées afin de définir leurs attentes et demandes.