Lutte contre le coronavirus : une opération de sensibilisation menée à Sainte-Clotilde

coronavirus saint-denis
La ville de Saint-Denis et les associations de quartiers organisent des opérations de sensibilisation dans plusieurs secteurs, dont Sainte-Clotilde, ce mercredi 26 août.
La ville de Saint-Denis et les associations de quartiers organisent des opérations de sensibilisation dans plusieurs secteurs, dont Sainte-Clotilde, ce mercredi 26 août. ©Nathalie Rougeau
Alors que le chef-lieu compte neuf foyers de contamination au coronavirus, la ville de Saint-Denis et les associations de quartiers organisent des opérations de sensibilisation dans plusieurs secteurs, dont Sainte-Clotilde, ce mercredi 26 août.
Comment mieux lutter contre le coronavirus dans le chef-lieu qui compte neuf foyers de contamination ? Ce mercredi 26 août, la mairie de Saint-Denis et les associations de quartiers ont entamé des opérations de sensibilisation au virus dans les quartiers les plus touchés. A ce jour, 64% des cas de coronavirus sont déclarés autochtones dans l'île.
 

Sensibiliser dans les clusters

A Sainte-Clotilde, où un cluster a été identifié, des élus et des membres d’associations sont allés à la rencontre de la population, et notamment des jeunes qui refusent pour certains de porter le masque. "C'est trop difficile de respirer, je ne veux pas mettre ça, déclare un jeune qui n'en porte jamais. Oui, c'est important de le mettre, mais pas pour moi ! Toutes façons, si on doit l'attraper, on l'attrape". 

Pourtant, le masque est obligatoire dans ces quartiers où le virus circule activement. Ce matin, 300 masques en tissu sont distribués et les gestes barrières sont rappelés par des dizaines de bénévoles d’associations de proximité. A sainte-Clotilde, 1 500 masques ont déjà été distribués.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère : 
©reunion
 

Distribution de 300 masques

En les distribuant, les bénévoles rappellent aux gens "comment le porter, comment le laver, et pourquoi il est important de le garder sur le visage ?" Brigitte Adame, adjointe à la mairie, déléguée à la proximité, remarque "que les gens minimisent la situation ou ne sont pas au fait des mesures barrières". "D’autres racontent la détresse qu’ils ont traversée durant la période de confinement, poursuit-elle. L'objectif est aussi pour nous de comprendre comment ils vivent la situation, pour apporter des solutions adaptées, notamment auprès des jeunes". "La mairie de Saint-Denis veut tout faire pour éviter un reconfinement", assure Brigitte Adam. 

Plusieurs dizaines de bénévoles d’associations de quartiers sont mobilisés pour faire passer ce message de sécurité sanitaire. L’objectif est de cibler les jeunes, chez qui le virus circule, mais aussi le public déconnecté des médias. "Cela fait plaisir, c'est un bon geste car nous manquons de masque", remarque un habitant du quartier. Mais un seul masque ce n'est pas suffisant, on ne sait pas combien de temps va durer le coronavirus". Pour un autre habitant, cette opération est nécessaire : "la santé, c'est précieux !"

Rolande fait partie des bénévoles d’associations mobilisés, elle estime que "c’est important de sensibiliser les gens, car on en voit sans masque, alors que la contamination continue". "L’autre jour, j’ai encore vu des enfants sans masque déambuler dans les rues", poursuit-elle.
 

Des campagnes de dépistage

Des opérations de ce type seront menées dans les autres quartiers du chef-lieu où la circulation du virus est importante. Jeudi, les élus se rendront à la Chaumière et vendredi à Montgaillard.

Par ailleurs, des campagnes de dépistages ont eu lieu sur ces mêmes secteurs : le Chaudron, le Bas-de-la-Rivière, Sainte-Clotilde, Bellepierre, ou encore les Camélias. A Sainte-Clotilde, 18 personnes ont été testées positives au Covid-19 sur 350 dépistages réalisés.
 

Des rappels à l’ordre pour interdire les rassemblements

Le week-end dernier, les forces de l’ordre étaient, elles aussi, mobilisées pour faire respecter les nouvelles mesures restrictives dans le chef-lieu. Sur les aires de pique-nique, les rassemblements de plus de dix personnes sont désormais interdits. Plus 250 rappels à l’ordre ont eu lieu le week-end dernier.