Saint-Denis : distribution de colis alimentaires dans les quartiers prioritaires

solidarité saint-denis
Distribution de colis alimentaires dans les quartiers prioritaires de Saint-Denis 111020
©Harini Mardaye
L’association UNIR OI est mobilisée ce dimanche pour venir en aide à ceux qui sont dans le besoin. Les sollicitations ne cessent d’augmenter depuis le confinement. Dans certains quartiers de Saint-Denis, près de 35% de la population vit sous le seuil de pauvreté.
Des vivres pour une quinzaine de jours. L’association UNIR Océan Indien distribuait ce dimanche matin des colis alimentaires dans le quartier de Bellepierre ou encore du Brûlé à Saint-Denis. Régulièrement, l’association mène des actions de solidarité envers les personnes qui sont dans le besoin.


Une action menée avec le CCAS de la ville

Les familles ont été repérées par le centre d’action sociale de la ville et l’association. La distribution s’est faite à la salle des fêtes de Bellepierre et en porte à porte du côté du Brûlé. La démarche n’est pas évidente pour les bénéficiaires, mais elles le font pour s’en sortir.

Un colis est composé de denrées alimentaires de base, comme des pâtes, des grains, du riz ou encore des fruits secs et des biscuits pour les enfants.

Le reportage de Michelle Bertil et Harini Mardaye.
Distribution de colis alimentaires dans les quartiers prioritaires de Saint-Denis ©Réunion la 1ère

 

De plus en plus de sollicitations

La précarité déjà forte, s’est encore renforcée avec le confinement, constate Mohammad Bhagatte, président de l’association UNIR OI. Son association est de plus en plus sollicitée. Elle multiplie ainsi ce type d’actions. Cette distribution est la 10ème de l’année. Près de 1 500 colis alimentaires ont été distribués dans toute l’île depuis le début de l’année, soit 20 tonnes de denrées alimentaires.

Le vice-président du Centre communal d’action sociale de Saint-Denis, David Belda, confirme la demande croissante d’aide. Le CCAS réalise actuellement une étude pour mieux quantifier les besoins. Pour l’heure, sur les quartiers de Bellepierre et du Brûlé, près de 35% de la population vit sous le seuil de pauvreté.