Grand-Coude : recherche en cours de deux parachutistes portés disparus

faits divers saint-joseph
Hélicoptère PGHM gendarmerie
©Imaz Press
Le PGHM mène des recherches aéroportées dans le secteur de Grand-Coude après la disparition de deux parachutistes. Les deux hommes ont sauté dans la matinée, depuis plus aucune de trace d’eux. Ils participaient à une manifestation organisée sur le site Saint-Joséphois.

Plusieurs parachutistes ont sauté ce samedi 13 novembre au matin dans le cadre d’une manifestation à Grand-Coude, à Saint-Joseph. Deux d’entre eux n’ont pas atteint la zone de poser située au départ du sentier marron de Grand-Coude. Aucune trace d’eux n’a été trouvée.

Un club de parachutisme professionnel organisait, pour ses 10 ans, un évènement comprenant des démonstrations ainsi que des baptêmes. Plusieurs rotations ont ainsi été effectuées en hélicoptère pour procéder aux largages de parachutistes et de wingsuits.

Un saut à 6 000 mètres d'altitude

Le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne a été alerté. Un secteur de recherche a été délimité autour du Morne Langevin, au-dessus duquel les parachutistes ont sauté, prenant en compte différents paramètres.

Un saut effectué un saut à 6 000 mètres d'altitude depuis un hélicoptère. Un témoin a aperçu une voile qui n'a pu franchir la crète de la partie avale du Morne-Langevin. Ce sommet culmine à 2 230 mètres d'altitude. 

Leur trajectoire a-t-elle été déviée sous l'effet de vents violents ? Y a-t-il eu un souci avec le système d'ouverture des parachutes ? Difficile pour le moment de savoir ce qui s'est passé. Le PGHM n'exclut aucune hypothèse.

Regarder le reportage de Réunion la 1ère : 

©Réunion la 1ère

Recherches aériennes dans le secteur du  Morne Langevin

Des premières recherches aéroportées ont été menées à la mi-journée, mais n’ont rien donné. Les nuages et le brouillard sont apparus peu après, compliquant les opérations, explique le PGHM.

La recherche est rendue difficile par la densité de la végétation dans ce secteur et la couverture nuageuse. Plusieurs reconnaissances aériennes ont été effectuées au cours de l'après-midi par le PGHM, notamment entre différents "petits secours". Les militaires du PGHM espèraient pouvoir faire une dernière reconnaissance avant la nuit. 

Des recherches pédestres envisagées

Pour le moment aucune équipe pédestre n’a été envoyée. Si la dernière reconnaissance de la journée ne permet pas de retrouver les deux parachutistes, des recherches au sol pourraient être entammées demain, dimanche 14 novembre.

Dans la matinée, deux autres parachutistes n'ont pas atteint la zone de poser. Ils ont été récupérés dans le bas de la rivière Langevin. Un d'eux avait le bras cassé.