publicité

Saint-Joseph : trois mineurs suspectés d'avoir incendié le dépôt de la quincaillerie

Trois mineurs sont en garde à vue à la gendarmerie de Saint-Joseph. Ils sont suspectés d'avoir incendié le dépôt de la quincaillerie Bricomat. Le feu a totalement détruit le local en tôles situé proximité du commerce. Les sapeurs-pompiers ont lutté plusieurs heures pour circonscrire le sinistre. 

© Laurent Pirotte (Réunion la 1ère)
© Laurent Pirotte (Réunion la 1ère)
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le
Les mineurs suspectés, d'avoir mis le feu au dépôt de Bricomat à Saint-Joseph, risquent de regretter longtemps cette nuit du 16 au 17 avril 2019, si la justice les reconnaît coupable de l'avoir incendié volontairement. 
Les trois suspects ont été interpellés et placés en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de la petite commune du Sud sauvage. Ils sont entendus sur le déroulement de leur soirée. Selon les premiers éléments de l'enquête, la piste d'un acte volontaire est privilégiée.
 

Un stock potentiellement dangereux 


Ce feu va bien au-delà du simple fait divers. Le dépôt de 1000 m2, la moitié du stock de matériaux et les outils de travail sont totalement détruits. Il a fallu mobiliser une vingtaine de sapeurs-pompiers pendant toute la journée pour parvenir à circonscrire le sinistre. Dans un premier temps, les soldats du feu se sont multipliés pour éviter que l'incendie se propage aux bâtiments voisins, avant de concentrer leurs efforts sur le dépôt. Un travail long qui est devenu dangereux compte tenu des marchandises potentiellement chimiques et explosives qui étaient stockées dans ce local.
 

Des graffitis, une poubelle et un palmier brûlés 


La circulation, sur la RN 2, a été rétablie en toute fin de journée. Les sept employés ont assisté, impuissant, à la totalité des opérations. Incrédules et inquiets, ils s'interrogeaient sur l'avenir. 
Les enquêteurs de la gendarmerie ont relevé sur place une dizaine de graffitis, que le compteur électrique du dépôt avait été cassé, mais également qu'une poubelle et un palmier avaient été brûlés. Reste à déterminer les responsabilités des uns et des autres. La facture s'annonce très élevée.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play