publicité

Schéma des carrières : L’Etat passe en force pour Bois-Blanc

"Mettre à jour" le schéma de 2010 plutôt que d'en formuler un nouveau, c'est l'option choisie par la préfecture pour enfin voir la carrière de Bois-Blanc exploitée. Une carrière "indispensable" au chantier de la NRL, inexploitable depuis l'annulation du schéma des carrières de 2014 en mai 2018. 

© reunion.gouv.fr
© reunion.gouv.fr
  • LH / Sophie Person
  • Publié le
L’Etat passe en force dans le dossier de la carrière de Bois-Blanc. Une réunion de la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites est prévue le 1er juillet à 14h30. Cette commission doit donner son avis sur une "mise à jour" du schéma des carrières de 2010, qui propose d’y ajouter le site de Bois-Blanc.
 

"Mettre à jour" plutôt que de réviser ou d'élaborer un nouveau schéma

Bois-Blanc absente du schéma de 2010, mais bien présente dans le schéma des carrières de 2014 qui a cependant été annulé le 29 mai 2018. Celui de 2014 est en fait une modification du précédent qui intègre 4 nouvelles carrières : Dioré, l’Ermitage, Bellevue et Bois-Blanc.

L’annulation par la Cour d’appel de Bordeaux de l’arrêté du préfet, qui abroge donc le schéma départemental des carrières de 2014, fait l’objet de recours en suspens. Une décision du Conseil d’Etat est attendue. Le préfet avait bien pris des arrêtés pour autoriser l'ouverture de la carrière mais ces arrêtés ont été suspendus par le tribunal administratif en avril dernier. En attendant la décision du Conseil d'Etat, c’est justement le schéma département des carrières de 2010 qui s’applique.

Une décision pas si attendue au final, puisque pour aller plus vite, les services de la DEAL, l’Etat donc, préfèrent donc " mettre à jour " le schéma précédent, celui de 2010, en y ajoutant seulement Bois-Blanc et en précisant dans le document transmis aux membres de la commission que c’est la solution la plus rapide.

Il serait en effet trop long de réviser le schéma des carrières de 2010 et trop long aussi d’élaborer un nouveau schéma régional, explique la DEAL. Alors il est "proposé à la commission de "mettre à jour" le schéma des carrières de 2010 ".

D’un coup, Bois-Blanc deviendrait donc alors compatible avec ce schéma de 2010, bien que le site de la Ravine du Trou y était à l’origine désigné "classe 1", c’est à dire un secteur sur lequel l’exploitation d’une carrière est interdite.
 

Un projet retouché pour être compatible

Les services de l’Etat appellent cela une " ambiguïté ", une manière un peu spéciale de voir les choses. Et pour lever cette ambiguïté donc, ils proposent de créer deux carrières, une en partie basse, l’autre en partie haute. Bref, on modifie un peu le projet et il devient compatible. La carrière peut donc ouvrir.

Le document transmis par la préfecture en vue de cette "mise à jour" fait le rappel des besoins pour la Nouvelle Route du Littoral, à savoir 18,8 millions de tonnes de roches, dont 8,6 millions de tonnes de roches massives. Selon des relevés effectués fin mars 2019, les besoins estimés restent de 9,1 millions de tonnes, dont 3,3 millions de tonnes de roches massives. Bois-Blanc pourrait couvrir l’intégralité de ces besoins, selon des estimations qui restent malgré tout " soumises à des niveaux d’incertitude variés ".

La DEAL prévoit donc un calendrier avec une mise à jour effective du schéma des carrières entre janvier et juillet 2020. Lors d’une audition jeudi 20 juin, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a estimé que la NRL devait être terminée, tout en protégeant les espaces qui doivent l’être. Elle a ensuite fait part de son souhait pour des discussions apaisées, avant de conclure que ce dossier est " épais ". Elle répondait ainsi à une question du député Jean-Luc Poudroux. La réponse d'Annick Girardin est à retrouver dans cette vidéo à 3:42:37.

 
Cette "mise à jour" devrait en tout cas être envoyée à l’autorité environnementale, si l’autorité demande une évaluation environnementale. Une consultation pourrait avoir lieu en juillet 2020, avant une "mise à jour" effective en août 2020. En revanche, si l’autorité ne demande pas d’évaluation environnementale, la "mise à jour" pourrait être effective en janvier 2020.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play