Saint-Louis : la maire Juliana M’Doihoma annonce une baisse de 3% de la taxe foncière

impôts saint-louis
Juliana M'Doihoma, la maire de Saint-Louis
Juliana M'Doihoma, la maire de Saint-Louis, parle d'un "geste symbolique" pour ses administrés. ©Imaz Press Réunion
Bonne nouvelle pour les habitants de Saint-Louis. La municipalité a voté en faveur d'une baisse des taux de taxes foncières de l'ordre de 3%. La première depuis 1993.

Ce mercredi 30 mars, lors du conseil municipal de Saint-Louis, la maire Juliana M’Doihoma a annoncé la baisse des taux de taxes foncières pour ses administrés. Une baisse de l'ordre de 3% sur les propriétés bâties et sur le non-bâti qui a été décidée dans le cadre du vote du budget primitif 2022. Une première depuis 1993.

"Les recettes fiscales de la commune ont augmenté cette année, du fait des nouvelles constructions, explique l'élue. Nous avons décidé de redistribuer ces 800 000 euros de plus aux habitants par le biais d’une baisse des taux de la fiscalité locale".

Revoir l'interview de Juliana M’Doihoma sur Réunion La 1ère :

Julianna M'doihoma, maire de Saint-Louis. La maire de Saint-Louis décide de baisser la taxe foncière

Un budget global de 115 millions d'euros cette année

Une bonne nouvelle pour les principaux concernés, d'autant que Saint-Louis figure en tête des communes les plus taxées à La Réunion. L'année dernière, en 2021, il n'y avait déjà pas eu d'augmentation de la taxe foncière.

Des signes plus qu'encourageants pour la municipalité qui a voté hier un budget primitif de 115 millions d'euros. "Ça fait à peu près 20 mois qu’on est au travail, défend Juliana M’Doihoma. En moins de deux ans, nous avons fait de l’amélioration de la gestion de la commune une priorité, avec une vraie maîtrise des dépenses de fonctionnement, la chasse au gaspillage, une optimisation des recettes aussi, et c’est ce qui nous permet aujourd’hui de continuer à investir pour le territoire et la population".

La maire de Saint-Louis parle d'un geste fiscal symbolique, "mais c’est déjà un premier pas en avant pour la population saint-louisienne et riviéroise", lance-t-elle.