Un syndicat agricole craint qu’une nouvelle carrière voit le jour à Savannah, à Saint-Paul

environnement saint-paul
Un syndicat agricole craint qu’une nouvelle carrière voit le jour à Saint-Paul
Un syndicat agricole craint qu’une nouvelle carrière voit le jour à Saint-Paul. ©Réunion La 1ère
A Saint-Paul, l’attribution d’un terrain agricole par CBO Territoria à un seul agriculteur fait polémique. Cette parcelle est située près d’une carrière. Le syndicat agricole de la CGPER craint que le même sort soit réservé à cette parcelle. CBO Territoria dément. Explications.

Dans l’Ouest de l’île, à Savannah, une parcelle de terrain de 166 hectares fait polémique. Elle appartient à CBO Territoria et le promoteur est sur le point de la louer à un seul agriculteur ayant la capacité financière de l’exploiter.

La crainte d’une nouvelle carrière

Le syndicat agricole de la CGPER conteste cette future attribution et doute du bien-fondé de cette transaction.

A proximité de ce terrain, il y a une carrière. "Quand on sait où est placé ce terrain et que de l’autre côté, il y a une ravine et une carrière, d’où on retire des alluvions, il y a de quoi se poser des questions", estime Jean-Michel Moutama, président de la CGPER. En clair : le syndicat craint qu’une nouvelle carrière y voit le jour à terme.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

 

Le promoteur dément

Le promoteur dément formellement. "Il faut rappeler que si un jour ça devait se faire, pour transformer le terrain en arrière, il faudra passer par le plan des carrières à La Réunion, rappelle Eric Wuillai, PDG de CBO Territoria. Aujourd’hui, il ne le permet pas et ce sont des procédures très longues".

Une perte de foncier pour les jeunes agriculteurs

CBO Territoria est propriétaire de près de 1 600 hectares de terrain agricole à La Réunion. Cette parcelle représente 10 % de ses investissements fonciers.

Le syndicat agricole dénonce aussi une perte de foncier pour les jeunes agriculteurs. "C’est du foncier qui peut être mis à la disposition de jeunes en fonction de leur projet, remarque Jean-Michel Moutama, président de la CGPER. Ça devrait être une opportunité pour ces jeunes avec des projets viables d’avoir accès au foncier".

Une parcelle spécifique

Pour le promoteur, le passif existant sur cette parcelle justifie la décision de l’attribuer à une semaine entreprise. "Cette opération est atypique, il faut des agriculteurs qui ont une capacité financière à relancer et redynamiser l’activité et nous n’avons pas la possibilité de scinder en plusieurs parcelles", assure Eric Wuillai, PDG de CBO Territoria.

Le Comité d’Orientation Stratégique et de Développement Agricole de La Réunion, le COSDA, devrait se réunir prochainement pour discuter de ce dossier.