Coronavirus : un cas "douteux" à la Fondation Père Favron à Saint-Pierre

coronavirus saint-pierre
Test de dépistage du coronavirus.
Des tests de dépistage du coronavirus. ©Imaz Press
D’abord testé négatif, un résident de la Fondation Père Favron à Bois-d’Olives a présenté un doute quant à une contamination par le Covid-19. Il a été pris en charge et transporté au CHU Nord dans la matinée. Certains résidents et soignants vont être testés.
L’Etat de santé d’un résident de la Fondation Père Favron à Bois-d’Olives à Saint-Pierre a alerté le personnel. Ce vendredi 24 avril, il a été transféré dans la matinée au CHU Nord.

La personne présentait depuis quelques jours, un certain nombre de symptômes, a expliqué Jean-Paul Pineau, le directeur général de la Fondation Père Favron, à Réunion la 1ère. Des tests avaient déjà été effectués et s’étaient révélés négatifs.

 

Un cas douteux, la procédure de dépistage déclenchée

Un nouveau test a été prescrit par le médecin pour écarter tous les risques, cette fois, le résultat a été déclaré douteux. Le résident a été pris en charge pour que de plus amples examens soient effectués. Face à l’incertitude, l’Agence Régionale de Santé préconise de considérer le cas comme positif, et ainsi de prendre les mesures prévues.

Une situation qui provoque de l’appréhension de la part des résidents et des professionnels. Dès le début de la crise, des mesures de confinement ont été prises de manière à limiter les possibilités de contagion des personnes particulièrement fragiles accueillies dans ces structures.

Jean-Paul Pineau, directeur général de la Fondation Père Favron, intervenait dans le journal télévisé de Réunion la 1ère.
itw Jean-Paul Pineau ©Réunion la 1ère
 

Plus de 70 personnes vont être testées

L’ensemble des personnes qui ont été en contact, une douzaine de résidents de la structure et la totalité du personnel, soit une soixantaine de salariés, vont être testés. Les premiers l’ont été ce vendredi matin, les seconds le seront demain matin. Jusqu’à l’annonce des résultats, que le directeur espère négatifs, tous restent inquiets.

La structure étant composée de plusieurs pavillons, les contacts ont pu être relativement limités. Les mesures de confinement appliquées permettent de limiter les risques et les mesures de protections des personnels ont été renforcées, a expliqué Jean-Paul Pineau, le directeur général de la Fondation Père Favron.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live