Saint-Pierre : trois fast-foods à l’assaut du front de mer

tourisme saint-pierre
Installation de trois fast-foods à Saint-Pierre
©Laurent Pirotte

Les Réunionnais friands de poulet frit l’attendaient pour certains depuis longtemps. Un restaurant KFC doit s’installer sur le front de mer saint-pierrois, tout comme deux autres célèbres enseignes de fast-foods : Burger King et Popeyes. Mais ces "temples de la malbouffe" ne font pas l’unanimité...

Le front de mer saint-pierrois a subi de profondes transformations au fil des années, mais celle qui s’annonce cette année est la source de profondes divisions. C’est sans doute l’une des conséquences de la crise sanitaire, mais les bars et restaurants qui ont fait la renommée du boulevard Hubert Delisle disparaissent les uns après les autres.

"Le Malone’s", "l’Africa Queen’s" et les autres établissements qui tournaient au rythme des nuits saint-pierroises laissent peu à peu la place à d’autres structures franchisées. C’est aussi ça la mondialisation. Mais c’est un nouveau cap qui est passé avec l’implantation prochaine de trois enseignes de fast-foods.

Regarder le reportage de Réunion La 1ère :

Saint-Pierre : l'arrivée de trois "fast-foods" sur le front de mer ne fait pas l'unanimité

KFC, Burger King et Popeyes

D’ici la fin de l’année, l’ex "Show Room", qui fut un temps un temple du billard et des jeux d’arcade (feu "Fun Space) va laisser la place à un "Burger King" et à un "Popeyes", une enseigne concurrente de la franchise "KFC" qui a, elle aussi, pour projet de s’installer sur le front de mer de Saint-Pierre en lieu et place du restaurant "Le Cabanon".

Trois fast-foods, c’est trop, estime "l’Après", l’Alliance Pour une Réunion Ecologique et Solidaire. L’association a lancé une pétition en ligne, qui, en seulement trois jours, a déjà recueilli plus de 700 signatures. Ses membres défendent qu’il faut préserver le patrimoine créole en soutenant les commerces de proximité.

Installation de trois fast-foods à Saint-Pierre
©Laurent Pirotte

"L'Après" interpelle le maire Michel Fontaine

Ils condamnent ainsi cette "prolifération de temples de la malbouffe" et cette arrivée de multinationales dans la capitale sudiste. "Quel avenir souhaitons-nous laisser à nos enfants à La Réunion ? Comment le maire de St Pierre peut-il permettre une telle opération économique sans consulter la population ?", se demandent-ils.

"Il y a une hypocrisie de la part des pouvoirs publics : d’un côté, on fait des grandes campagnes de prévention et de lutte contre l’obésité, et de l’autre, on laisse s’installer des firmes qui viennent nous apporter de la nourriture de mauvaise qualité et servie en abondance. C’est profondément scandaleux", lance Alexis Chaussalet, le responsable de l’Après.

Dans les années 1990, une enseigne KFC avait déjà été implantée dans l’île, du côté du centre-ville de Saint-Denis, mais celle-ci n’était pas parvenue à séduire les Réunionnais à l’époque. La donne a changé depuis. Cela fait des années que les amateurs de poulet frit réclamaient le retour de la franchise à La Réunion.