réunion
info locale

Connaissez-vous "L’inconnue de Sainte-Marie" ?

nature Sainte-Marie
découverte insecte "L'inconnue de Sainte-Marie" 190119
©Réunion la 1ère
Il pourrait bien s’agir d’une toute nouvelle espèce de coléoptère endémique de La Réunion. Emmanuel Lemagnen, passionné d’insectes, vient d’en faire la découverte. La "bébête" a déjà fait le tour du monde mais n’est toujours pas identifiée.
 
On n’y prête pas toujours attention, pourtant les insectes comptent parmi des éléments essentiels de notre biodiversité. On estime par exemple à 350 000 le nombre d’espèces de coléoptères dans le monde. Imaginez le nombre de spécimens !
 
Découverte insectes 190119
©Réunion la 1ère
 

Une trentaine d’espèces découvertes dans l’île

A La Réunion, il est un homme passionné de ces petites bébêtes, Emmanuel Lemagnen. Lui a déjà découvert une trentaine de coléoptères présents dans l’île. Certains, les 2/3, sont des indigènes, soit considérés comme nouveaux pour le lieu mais connus à l’extérieur, comme en Australie ou en Afrique par exemple. L’autre tiers sont des endémiques, spécifiques à l’île, et auront donc un nouveau nom.
 
découverte d'insectes Emmanuel Lemagnen 190119
©Réunion la 1ère
En octobre dernier, l’entomologiste amateur a publié un manuel répertoriant les dernières espèces de coléoptères présentes à La Réunion. Une mine d’informations pour qui sait les apprécier, et qui permet d’ailleurs d’observer ces minuscules bêtes d’à peine quelques centimètres, sans avoir besoin d’un microscope.
 
Découverte insectes 190119
©Réunion la 1ère
 

La petite nouvelle reste inconnue

La dernière trouvaille d’Emmanuel Lemagnen n’a, elle, pas encore été identifiée. En attendant, elle a été baptisée "L’inconnue de Sainte-Marie", car découverte à La Ressource à Sainte-Marie. L’insecte a pourtant été envoyé en Australie, en Géorgie ou encore à Hawaï, mais rien n’y fait pour le moment.
 
découverte insecte "L'inconnue de Sainte-Marie" 190119
"L'inconnue de Sainte-Marie" ©Emmanuel Lemagnen
Un article lui a également été consacré dans la Revue Nationale des Coléoptéristes. Mais pour trouver son origine et sa famille, il faudra l’observer de plus près. L’une des particularités réside dans le fait qu’il faudra définir son sexe pour y parvenir. Et pour cela, lui ouvrir l’abdomen.


Les précisions de Florence Bouchou et Laurent Figon.
©Reunion la 1ère

 
Publicité