publicité

Se reconstruire après un AVC

Soudainement, les mots ne sortent plus, le visage se paralyse, un bras ou une jambe refuse de bouger : c'est probablement un AVC.

© Réunion la 1ère (Gaël Le Dantec)
© Réunion la 1ère (Gaël Le Dantec)
  • Gaël Le Dantec
  • Publié le , mis à jour le
Lors d'une suspiscion d'AVC, il est urgent d'appeler le 15 pour une prise en charge la plus rapide possible. Une partie du cerveau n'est plus irriguée par le sang et les cellules nerveuses risquent de mourir.

Environ 2000 personnes sont victimes d'un AVC chaque année à La Réunion. L'accident vasculaire cérébral est la 1ère cause de handicap. Une partie du cerveau n'a pas été irriguée et ne fonctionne plus ou plus correctement. Après l'AVC, les patients font généralement un séjour dans un centre de rééducation. Le magazine de la rédaction radio " Dans Les Coulisses " vous a emmené ce mercredi 27 juin 2018 à la Clinique des Tamarins, au Port, à la rencontre de patients qui tentent de se reconstruire et des soignants qui les accompagnent. 

Extrait DLC AVC

© Réunion la 1ère (Gaël Le Dantec)
© Réunion la 1ère (Gaël Le Dantec)
Pendant quelques secondes, quelques minutes ou quelques heures, une partie du cerveau ne reçoit plus de sang, c'est ce qu'on appelle un AVC, un accident vasculaire cérébral. C'est l'une des première cause de mortalité en France et la première cause de handicap, car les séquelles de l'AVC peuvent être très lourdes : paralysie d'une partie du corps, perte de la parole ou d'une partie de la vision. Dans cet extrait, nous suivons Anthony qui réapprend à marcher grâce au " lokomat ", une sorte d'exosquelette qui accompagne ses mouvements.

Extrait AVC Lokomat

© Réunion la 1ère (Gaël Le Dantec)
© Réunion la 1ère (Gaël Le Dantec)
En podcast : " Dans Les Coulisses ", le magazine de la rédaction à retrouver les mercredis après le journal de 18h.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play