Sécurité routière : une fin d’année sous haute surveillance

sécurité
20180216 Contrôle vitesse Gendarmerie
©Réunion la 1ère
Au lendemain d’un nouveau drame sur les routes réunionnaises, les forces de l’ordre réaffirment la nécessité pour chaque conducteur d’être vigilant à son comportement. Un important dispositif de contrôle routier sera déployé durant ce long week-end de fin d’année.
 
Le bilan routier de l’année 2018 s’élève à 48 morts. Au lendemain du dramatique accident qui a coûté la vie à un père de famille de 38 ans, les autorités renouvellent les messages de prévention. L’objectif est d’éviter à tout prix que ce chiffre, déjà élevé, n’augmente encore dans les quelques jours à venir.
   

Une fin d’année sous haute surveillance


Ainsi, à l’approche du passage à la nouvelle année, les forces de l’ordre seront déployées en nombre sur le réseau routier. Tout le week-end et jusqu’au nouvel an, près de 60% des effectifs de gendarmerie seront ainsi mobilisés, avec un point fort le soir de la Saint-Sylvestre.
 
Routes bleues pour la finale de la coupe du monde gendarmes sécurité routière 150718
©Réunion la 1ère
Toute personne sortant des zones festives, comme Saint-Gilles et l’Hermitage pour la gendarmerie, sera contrôlée. Aucun individu à risque, alcoolisé ou sous l’emprise de stupéfiants, ne sera autorisé à circuler sur les routes, martèle Laurent Frutos, commandant de l’Escadron départemental de Sécurité routière. Ceux qui le seraient seront contraints de rester sur place.
 

" Il n’est pas question d’être tolérant en matière d’alcoolémie ou de stupéfiants ".

 

Le comportement des automobilistes en cause


Si la présence des forces de l’ordre sur les routes ne se limite pas aux grands évènements, tout au long de l’année des opérations de contrôle sont en effet menées, les chiffres de la mortalité restent tout de même élevés.
 
Accident mortel
©Réunion La 1ère
Une mortalité importante qui est principalement due au comportement des automobilistes selon le commandant Laurent Frutos. C’est en tout cas le constat qui a pu être fait après analyse des différentes circonstances dans lesquelles les drames surviennent.

Selon lui, les conducteurs font bien souvent preuve de trop de " laisser-aller ", conduisant sous l’emprise d’alcool ou de stupéfiants, imaginant que l’accident n’arrive qu’aux autres. Les conduites addictives représentent en effet 66% des accidents mortels.
 

" Il faut tuer les idées reçues comme quoi l’accident c’est la fatalité.Ca c’est 5% de nos accidents mortels. "


Pour le commandant Frutos, les automobilistes doivent prendre conscience de l’importance de leur comportement au volant.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live