Seychelles : la fin du treizième mois de salaire

politique
Seychelles
©Seychelles National Assembly
La décision impopulaire marque le début du mandat de Wavel Ramkalawan. Le président annonce que les Seychellois doivent, de nouveau, se serrer la ceinture. 
Depuis le début de la crise sanitaire, les Seychelles font face à la pire crise économique de leur histoire. Les situations sanitaires britannique, allemande et française ont clairement impacté le secteur touristique qui représentait près de 60 % de l’économie directe et indirecte du pays. Face à l’épuisement des réserves de devises de la Banque Centrale des Seychelles, la roupie a perdu près de 50 % de sa valeur d’avant mars 2020. L’inflation est à son apogée et le président fraîchement élu a annoncé la mise en place de “mesures drastiques” pour “éviter le chaos”. Celles-ci vont certainement diminuer une fois de plus le pouvoir d’achat des Seychellois à la veille des fêtes de fin d'année. 

Mardi dernier, devant l'Assemblée nationale des Seychelles, Wavel Ramkalawan a invité tous les Seychellois à participer à l’effort national. Le président a principalement sollicité les salariés du public et du privé. Ils ne percevront pas leur treizième mois de salaire cette année.

En 2017, Danny Faure, le prédécesseur de Wavel Ramkalawan, avait fait du 13e mois de salaire l’avancée sociale la plus remarquée de son mandat. 

Dans le même temps, le président a invité les parlementaires à se saisir du dossier du dispositif de chômage partiel mis en place au début de la crise sanitaire. Certains salaires, jusque-là pris en charge par l'État, pourraient revenir à la charge des employeurs dès janvier 2021.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live