Seychelles : le président appelle à un gouvernement d'unité nationale

océan indien
Seychelles
Danny Faure, président des Seychelles, lors de son discours pour la journée de la Constitution ©State House
Dans son discours pour la journée de la Constitution, le président Seychellois, Danny Faure a affirmé son souhait de construire un gouvernement d'unité nationale pour faire face à la crise économique entraînée par la pandémie de COVID-19.
Le chef de l'état s’est exprimé à l'occasion de la journée de la Constitution. Après avoir énoncé une partie du préambule de la Constitution des Seychelles, Danny Faure est revenu sur l'importance du texte qui a fêté ses 27 ans et qui mettait fin à près de 16 ans de parti unique. Le discours du chef d'État portait cependant principalement sur l'avenir du pays touché par une crise économique sans précédent. Depuis le mois de mars et l'arrêt des vols commerciaux, le tourisme, premier pilier de l'économie, est à l'arrêt.
 

Un discours de crise


Dans son allocution télévisée de 25 minutes, Danny Faure a indiqué que le pays faisait face à une crise économique majeure. L'arrêt de l'activité touristique a entraîné une baisse des entrées de devises étrangères dans la Banque Centrale des Seychelles. La roupie seychelloise a perdu près de 25% de sa valeur depuis mars.
 Le président de la République des Seychelles a rappelé son bilan d'avant crise et les efforts de l'État pour répondre à l'incertitude de la situation. Depuis le mois de Mars, le ministère des finances a déployé près de 318 millions de roupies (près de 16 millions d'euros) pour prendre en charge les salaires du privé impactés.

Face à la crise le président Seychellois invite la population à se serrer les coudes car selon lui «la tempête est à venir».
 

Un gouvernement d'unité nationale?


Danny Faure a indiqué dans son discours que «dans ce contexte les élections présidentielles (ndlr: prévus pour la fin du mois d'octobre) ne seraient pas une compétition». Danny Faure, président et candidat à sa réélection, a indiqué qu'il souhaitait que l'échéance électorale puisse donner le jour à un gouvernement d'unité nationale.

Suite à son discours ses opposants se disent aussi porteurs de cette unité à l'image d'Alain Saint-Ange qui affirme que son parti One Seychelles serait celui du «rassemblement». Le candidat et ancien ministre a indiqué que ces élections seraient «le remède» face à la crise entraînée par le coronavirus.