réunion
info locale

Sicalait : le bras de fer continue avec l'un des éleveurs exclus

agriculture
sicalait le bras de fer continue
Un des éleveurs exclus de la coopérative et sa femme étaient convoqués à la DAAF. ©Pierre Comorassamy
Cet après-midi, Georges Lauret, éleveur laitier exclu de la Sicalait et sa femme étaient convoqués à la Direction de l’alimentation de l’agriculture et de la forêt à St-Pierre où, ils ont appris qu’une procédure administrative était engagée contre eux.
Nouvel acte dans le bras de fer qui oppose deux éleveurs laitiers à la Sicalait.
Georges Lauret et Jeau-Paul Bègue ont été exclus de la coopérative, le 23 mars dernier. La cause : leur action devant la DAAF ne passe pas.
Ils y avaient transporté, le 11 mars, 2 cadavres de vaches. Ils dénonçaient alors l'inaction des services publics face à la mortalité de leurs cheptels et réclamaient des résultats d'autopsie transparents de leur bête.
Depuis leur exclusion, leur production laitière n'est plus collectée et ils ne sont plus rémunérés par la coopérative. 

Un procès verbal d'infraction et une procédure administrative en cours

Depuis la DAAF leur a transmis un PV d’infraction pour dépôt de cadavres d’animaux devant ses locaux à leur encontre. Sans compter que le couple d'éleveurs, Georges et Mélusine Lauret étaient convoqués cet après-midi, ils ont alors appris qu'une procédure administrative était engagée contre eux.
Le couple d’éleveurs qui ne peut plus livrer sa production de lait à la Sicalait puisqu’il est exclus de la coopérative n’a donc plus de salaire et ne peut plus nourrir ses animaux. Et surtout, ils sont toujours dans l'attente des résultats d'autopsie de leurs vaches décédées précipitamment en mars dernier.

Une situation de détresse humaine et sanitaire que les responsables de la DAAF ne semblent pas du tout appréhender, selon l’avocate de la
famille Lauret. Me Amel Khlifi-Ethève regrette que la DAAF ne veuille pas calmer les choses. " Au lieu de faire de la pédagogie, les responsables optent surtout pour la sanction" , déplore l’avocate.
Et pour Mélusine Lauret c’est simple: " les autorités veulent tout simplement nous éliminer. Qu’importe le drame qui se joue. Ils n’ont aucune compassion " explique la mère de famille la gorge nouée.
Publicité