publicité

Tabac : première cause de mortalité évitable à la Réunion

Le tabac tue 580 personnes par an à la Réunion. Dans l’île, il y a 8 fois plus de points de vente que dans l’Hexagone. La Fédération Régionale d’Addictologie Réunion alerte la Ministre de la Santé lui demandant d’agir afin de réguler la vente de tabac dans les Outre-mer.

  • Par Annabelle Boyer
  • Publié le
A la Réunion, il est assez aisé de trouver un paquet de cigarettes et pour cause, les buralistes ne sont pas les seuls à en vendre. Stations-services, boulangeries ou encore épiceries, différents types de commerces en proposent à la vente. Si bien qu’il existe dans l’île près de 2000 points de vente de tabac. Ce qui correspond à 1 point de vente pour moins de 450 habitants… contre 1 pour 3500 habitants en France hexagonale. Soit 8 fois plus. Le tabac est donc omniprésent dans l’environnement des réunionnais, première cause de mortalité évitable.

L’accès facile à ce produit favorise le tabagisme et vient ainsi freiner les actions de prévention en matière d’addictologie. Pour David Mété, addictologue et président de la Fédération Régionale d’Addictologie Réunion (FRAR), « la multiplicité des débits de tabac favorise la vente aux mineurs (notamment avec des points de vente à proximité des écoles, la vente de cigarette à l’unité, favorise un plus haut niveau de consommation et diminue les chances de succès du sevrage, banalise et normalise un produit hautement toxique et addictif ».

« Il n’est pas juste, il n’est pas acceptable que la santé des habitants des DOM ne soit pas protégée à légal de celle des autres citoyens français »

A la veille de la journée mondiale sans tabac (31 mai), le docteur Mété alerte donc Agnès Buzin, la Ministre des Solidarité et de la Santé. Dans un courrier qu'il lui a adressé daté du 28 mai 2018, il précise que « la limitation de l’accès au tabac est une mesure importante de prévention et de santé publique soulignée par l’OMS et par les nombreuses études scientifiques. Il n’est pas juste, il n’est pas acceptable que la santé des habitants des DOM ne soit pas protégée à légal de celle des autres citoyens français ».

Le docteur ajoute : « La Réunion et dans les autres DOM, le commerce du tabac repose sur un décret « transitoire » datant de la Départementalisation (Décret n°48-544 du 30 mars 1948). Ce régime provisoire qui permet presque à n’importe qui de vendre du tabac dure depuis 70 ans !
Notre ancienne sénatrice Anne-Marie PAYET (à qui l’on doit le logo « Zéro alcool pendant la grossesse ») est à l’origine de l’article 160 de la Loi n°2008-1425 du 27 décembre 2008 (article 568 bis du Code général des impôts) établissant le principe d’une licence pour les débits de tabac dans les DOM. Son entrée en vigueur était initialement prévue en 2011. Faute de décret d’application, cette loi n’a jamais été appliquée et se retrouve année après année repoussée ».

« Nous sollicitons votre action afin de permettre que l’accès au tabac soit limité au moins à l’égal du reste de nos compatriotes pour disposer de la même prévention grâce à l’application de la Loi ».


Docteur David Mété espère une attention particulière à cette requête, comptant notamment sur l’expérience de la Ministre de la Santé qui connait parfaitement le poids du tabagisme sur la santé publique pour avoir été par le passé Présidente de l’Institut National du Cancer. « Au nom des populations d’Outre-mer, de sa jeunesse, nous sollicitons votre action afin de permettre que l’accès au tabac soit limité au moins à l’égal du reste de nos compatriotes pour disposer de la même prévention grâce à l’application de la Loi ».



Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play