Incendie mortel au Tampon : un homme mis en examen pour meurtre et tentative de meurtre

faits divers le tampon
Le 23 septembre, le corps d’Issani est retrouvé dans son appartement totalement ravagé par les flammes.
Le 23 septembre, le corps d’Issani est retrouvé dans son appartement totalement ravagé par les flammes. ©Réunion La 1ère
Le 23 septembre, le corps d’Issani est retrouvé dans son appartement totalement ravagé par les flammes. Sa compagne est grièvement blessée. Interpellé il y a deux jours, un ami du couple est mis en examen, ce jeudi 6 octobre, pour meurtre et tentative de meurtre.

Ce jeudi 6 octobre, un homme a été déféré au parquet de Saint-Pierre. Une information judiciaire est ouverte pour meurtre, tentative de meurtre sur la compagne de la victime et destruction par incendie.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :

Incendie mortel au Tampon : un homme mis en examen pour meurtre et tentative de meurtre

Un incendie volontaire

L’homme est mis en cause dans l’incendie mortel qui s’est déroulé le 23 septembre dernier dans un appartement, au Tampon.

Le corps sans vie et calciné d’Issani, 35 ans, était retrouvé au petit matin dans les décombres. Sa compagne, qui présentait des brulures et un état de choc, était hospitalisée en état d’urgence absolue.

D’après les premières investigations, le feu aurait pris sur trois points chauds du logement.

Pas de fumée dans les poumons de la victime

Dans un communiqué, la procureure de Saint-Pierre, Caroline Calbo indique que "l'autopsie n'a pas encore pu déterminer de façon exacte les causes du décès et nécessite des analyses complémentaires (anapath, toxicologiques...)". Toutefois, les "constatations ne sont pas celles habituellement rencontrées dans les décès liés à l'inhalation de fumée toxique d'un incendie".

Regardez son interview sur Réunion La 1ère :

Incendie mortel du Tampon : un homme en examen et placé en détention

Une soirée alcoolisée avec deux amis

Très vite, l’enquête révèle qu’une soirée alcoolisée s’est déroulée juste avant l’incendie dans l’appartement avec deux amis du couple.

"La vérification de l'alibi de l'un des convives révélant des incohérences, il était placé en garde à vue le 4 octobre, explique la procureure de Saint-Pierre. Il ne livrait que peu de souvenirs de cette soirée".

L’homme devrait être placé en détention provisoire. Il était connu de la justice et sorti de prison en mars 2021.