Accusée de malversations dans un courrier anonyme, la Sicalait dément et s'explique auprès des éleveurs

agriculture plaine des cafres
Une réunion d'urgence à la Grande Ferme, à la Plaine des Cafres, entre éleveurs et direction de la Sicalait, ce vendredi 5 novembre.
Une réunion d'urgence s'est tenue à la Grande Ferme, à la Plaine des Cafres, entre éleveurs et direction de la Sicalait, ce vendredi 5 novembre. ©Daniel Bénard
Un courrier anonyme envoyé à plusieurs éleveurs accuse la Sicalait de malversations. Une réunion d'urgence s'est tenue, ce vendredi 5 novembre, entre les éleveurs et la présidence de la Sicalait, à la Plaine des Cafres.

C'est un courrier anonyme qui a mis le feu aux poudres. Ce vendredi 5 novembre, à la demande des éleveurs, une réunion d'urgence s'est tenue à la Grande Ferme, à la Plaine des Cafres, en présence de la présidente de la Sicalait, Martha Mussard, et le directeur général, Charles Adrian.

Le salaire de la présidente

Adressée à plusieurs éleveurs, ce courrier accuse la Sicalait de malversation et dénonce notamment le salaire de la présidente. "Les comptes sont transparents", rétorque Charles Adrian, le directeur général de la Sicalait, à la sortie de la réunion d'urgence avec les éleveurs.

La présidente a une rémunération et touche des indemnités mises dans une caisse à disposition des éleveurs pour monter des projets structurants.

Charles Adrian

 

Ces projets permettent notamment aux éleveurs d'aller sur des salons en métropole, de former des jeunes, des administrateurs, ou encore d'organiser des séminaires. Actuellement, il y aurait 150 000 euros dans la caisse. "Ces deux dernières années nous n'avons pas permis de toute faire à cause du covid", explique le directeur général.

Les dettes de deux éleveurs effacées

Le courrier anonyme dénonce aussi des soupçons de favoritisme dans le traitement des dossiers de certains éleveurs. "Il révèle que les dettes de deux éleveurs vont être effacés", raconte une éleveuse destinataire du courrier.

Comme de nombreux éleveurs, j'ai aussi des dettes, la Sicalait me les réclame, et je dois payer. Pourquoi ces deux éleveurs cités dans la lettre ne sont plus obligés de la faire ?

Une éleveuse

 

Une réunion d'urgence s'est tenue, ce vendredi 5 novembre, entre les éleveurs et la présidente de la Sicalait, à la Plaine des Cafres.
Une réunion d'urgence s'est tenue, ce vendredi 5 novembre, entre les éleveurs et la présidente de la Sicalait, à la Plaine des Cafres. ©Daniel Bénard

 

Les éleveurs ont demandé des éclaircissements à la direction de la Sicalait ce matin. Le directeur général de la Sicalait, Charles Adrian, assure ne pas avoir décidé "seul de tout ça". Il explique que "des audits ont été commandés à la Chambre d'Agriculture et réalisés en transparence avec la DAAF", la Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt. "En fonction des résultats économiques de chaque exploitation, nous avons décidé de stratégies différentes pour accompagner les uns et les autres", poursuit Charles Adrian.

Des accompagnements différents selon les situations

Selon le dossier, la Sicalait peut décider d'"accompagnement", "pour les aider à consolider leur situation financière sur nos biens propres parce que nous croyons en eux car ils ont un passage difficile de deux ou trois ans", assure Charles Adrian.

Si la Sicalait compte dénoncer cette affaire de courrier anonyme devant la justice, le climat au sein de la structure paraît bien délétère. Selon de nombreux éleveurs, "ce courrier anonyme aurait été rédigé par un membre du conseil d'administration de la Sicalait".

Regardez le reportage de Réunion la 1ère :

Un courrier anonyme envoyé à plusieurs éleveurs accuse la Sicalait de malversations. Une réunion d'urgence s'est tenue ce vendredi entre les éleveurs et la présidence de la Sicalait