Tests-PCR : les voyageurs à destination des Outre-mer ne sont pas prioritaires

coronavirus
Près de 200 Réunionnais sont bloqués à l’aéroport d’Orly, à Paris, ce mardi 1er septembre.
Près de 200 Réunionnais sont bloqués à l’aéroport d’Orly, à Paris, ce mardi 1er septembre. ©Réunion La 1ère
Interpellé hier par le député Philippe Naillet sur le délai des résultats de ces tests obligatoires pour se rendre dans les Outre-mer au départ de la Métropole, Olivier Véran, le ministre des Solidarités et de la Santé, a déclaré que les voyageurs concernés n'étaient pas prioritaires.
De nombreux ultramarins restent bloqués dans les aéroports, sans possibilité de présenter les résultats de leur test PCR à temps, pour pouvoir embarquer et rentrer chez eux.

La faute au délai de réalisations de ces tests obligatoires effectués 72 heures avant le vol et l’incapacité de certains laboratoires à fournir les résultats dans les trois jours, juge Philippe Naillet.

Le député Réunionnais a interrogé le ministre de la santé sur ce point, en demandant à ce que ces voyageurs deviennent prioritaires, compte tenu notamment de la distance géographique les séparant de leur territoire.

Regardez le reportage de Réunion La 1ère :
 
Dépistage : les Réunionnais sur le retour ne sont pas prioritaires

Pour pouvoir monter dans un avion, les voyageurs doivent en effet présenter à leur compagnie aérienne un test négatif, réalisé trois jours avant le vol. Mais les résultats ne sont pas toujours communiqués à temps étant donné l'engorgement des laboratoires et autres unités médicales dédiées à ces analyses.

Les voyageurs sont ainsi dans l'obligation de reporter leur vol, entraînant notamment des frais éventuels pour l'hébergement.

De son côté, le député David Lorion a également réagit au travers d’un courrier adressé à Olivier Véran. S’il ne "s’agit pas de remettre en cause la nécessité du dépistage et donc de son caractère obligatoire", il est plutôt question "d’améliorer la situation".

 

Il serait en revanche souhaitable que les personnes résidant ou travaillant dans ces territoires soient désormais considérées comme prioritaires. Leur situation particulière du fait de l’éloignement géographique de leur domicile et de l’obligation de prendre l’avion, unique moyen de transport, le justifie.

David Lorion, député de La Réunion



 

Les voyageurs non prioritaires


La réponse ne s’est pas fait attendre. Les voyageurs ultramarins ne sont pas prioritaires pour effectuer le test-PCR, estime le ministre Olivier Véran.
 

Les publics prioritaires ce sont les personnes qui sont symptomatiques du Covid, ce sont les personnes qui sont cas contacts de malades avérés, ce sont des gens qui font partie du personnel soignant, des aides à domicile qui peuvent être en contact avec des personnes vulnérables.

Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé



Une liste ne pouvant être élargie "aux personnes amenées à voyager" a ajouté Olivier Véran. Ce dernier invite ainsi les passagers "à anticiper la réalisation de leur prélèvement de l'ordre d'une semaine."

Face à l'urgence, un chapiteau a été installé début septembre à l’aéroport d’Orly. Près de 400 ultramarins, dont 200 Réunionnais, étaient bloqués à l’aéroport d’Orly, à Paris. Les passagers avaient effectué leur test de dépistage au Covid-19, mais attendaient encore leurs résultats le jour même de leur départ. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live