Trafic de zamal entre La Réunion et Maurice : les prévenus condamnés à des peines d'un à 7 ans de prison

faits divers
Zamal saisi Réunion Maurice mai 2018
©SOE BOE COMGENDRE
En avril 2018, un vaste coup de filet de la gendarmerie avait permis le démantèlement d'un trafic de zamal et de cannabis entre l'île Maurice et La Réunion. Ce vendredi 2 juillet, 9 prévenus ont été présentés devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis. Ils ont été condamnés à de la prison

Ce vendredi 2 juillet, 9 prévenus étaient à la barre du tribunal correctionnel de Saint-Denis : 7 Réunionnais et 2 Mauriciens. Ils comparaissent  pour transport, détention, offre et acquisition de stupéfiants. Ils ont été condamnés à des peines d'un à 7 ans de prison. Seul l'un d'eux, le Rénuionnais à la tête du réseau local est parti en détention à l'issue de l'audience, les autres sont placés sous contrôle judiciaire. Le Parquet avait requis des peines d'un à 8 ans de prison.

Deux autres Mauriciens sont toujours en cavale et étaient donc absents à l'audience. Ils ont pourtant écopé de 7 ans d'emprisonnement. Un mandat d'arrêt a été lancé à leur encontre.

 

500 pieds de zamal et 100 kg de cannabis

Le 30 avril 2018, 70 gendarmes font une saisie record de près de 500 pieds de zamal et plus de 100 kilos de cannabis à Sainte-Rose. Les militaires mettent alors au jour un important trafic de zamal et de cannabis entre la Réunion et l'île Maurice. Une surveillance était mise en place depuis plusieurs mois dans le port de Sainte-Rose. Le trafic aurait duré de janvier 2017 au 30 avril 2018.

 

Une organisation bien rodée

La plupart des prévenus sont agriculteurs et lors de cette audience, il s'agit pour les juges de déterminer le rôle de chacun et son degré d'implication dans ce trafic.

Selon les premiers éléments, il apparait que l'organisation est bien rodée. Certains produisaient tandis que d'autres conditionnaient le zamal, à savoir le sécher ou encore le mettre en paquet... D'autres encore s'occupaient du transport par bateau jusqu'à l'île Sœur. Enfin, il y en avait qui était chargé de récupérer l'argent en liquide pour le rapatrier sur La Réunion. Tous ne se connaissaient pas forcément les uns, les autres.

 

Jusqu'à 16 000€ le kilo

Pour les prévenus, le business était juteux puisqu'un pied de zamal peut coûter jusqu'à 500 € selon la qualité. La marchandise pouvait ainsi être revendue jusqu'à 16 000 € le kilo.

 

Regardez le reportage de Réunion la 1ère :

Procès de trafiquants de zamal entre La Réunion et Maurice