Un passager belge condamné à 650 euros d'amende pour être arrivé à La Réunion avec un faux motif impérieux

faits divers
Aéroport Roland Garros.
Aéroport Roland Garros. ©Imaz Press

Interpellé, jeudi, à l’aéroport de Gillot avec un faux motif impérieux, un passager belge a été condamné à 650 euros d'amende. Agé de 32 ans, il était jugé en comparution immédiate ce vendredi 19 février par le tribunal correctionnel.

Ce vendredi 19 février, le tribunal correctionnel a condamné un voyageur belge à 650 euros d'amende pour faux et usage de faux. Ce passager belge arrivé à La Réunion, hier, jeudi, avait été interpellé à l’aéroport avec un faux motif impérieux. Agé de 32 ans, il a reconnu avoir fait un "faux contrat de travail". 

Quatre mois de sursis requis

Il échappe à la prison avec sursis, il est ressorti libre du tribunal qui a tenu compte de sa situation personnelle. 

Le procureur avait requis quatre mois de prison avec sursis et 1 000 euros d’amende. Le voyageur encourait jusqu'à trois ans de prison et 45 000 euros d’amende.

"La première fois que je fais un faux"

Devant le tribunal, le jeune homme a expliqué avoir l’habitude de travailler dans des associations humanitaires. Il voulait venir à La Réunion pour retrouver sa une amie et tenter de trouver du travail. "C’est la première fois que je fais un faux et j’ai affaire à la justice", déplore-t-il.

Son avocat a plaider en expliquant qu’il voulait "seulement rejoindre une amie et faire une formation à La Réunion". 

Perte de son travail en décembre

Devant la justice, le jeune homme a expliqué avoir perdu son travail en Belgique en décembre 2020, en pleine crise sanitaire. Il avait décidé de venir à La Réunion "pour se refaire", dit-il, car il ne pouvait plus payer son loyer. Il percevait 650 euros d’aide de l’Etat. Il se dit "autodidacte, sans formation, avec un niveau terminal".

Interpellé à l’aéroport

Le passager belge a atterri à l’aéroport Roland Garros, jeudi matin. Arrivé à la Police aux Frontières, il présente un contrat de travail. Les policiers appellent l’employeur pour vérifier, mais ce dernier ne connait pas le passager belge. Il reconnaît alors avoir fait un faux document. L’homme avait été placé en garde à vue dans les locaux de la Police aux Frontières à Gillot, avant d’être déféré ce matin et condamné. Cet après-midi, il a indiqué qu'il allait désormais effectuer sa septaine chez son amie.  

Reportage de Réunion la 1ère.

Un voyageur belge condamné à 650 euros d’amende pour être arrivé à La Réunion avec un faux motif impérieux ©Réunion la 1ère

Renforcement des contrôles des motifs impérieux

Hier, le préfet de La Réunion, a annoncé que les contrôles des motifs impérieux seraient renforcés à l'aéroport. A partir du 27 février, chaque voyageur, quelque soit sa destination, notre île ou l'Hexagone devra faire une demande en ligne sur le site de la préfecture, six jours avant le départ. Les justificatifs seront vérifiés par les services de l'Etat.

Les motifs impérieux ont été mis en place le 28 janvier, après l’apparition de premiers cas de variants du coronavirus dans l’île. Depuis plusieurs semaines, le contrôle de ces motifs est critiqué, les pièces justificatives pouvant parfois être falsifiées. Jusqu’à présent, plusieurs voyageurs avaient écopé d’une amende de 135 euros pour non-respect de l’arrêté préfectoral imposant le motif impérieux.